La délégation chinoise participe à la Bourse RIDEAU, qui réunit près de 1000 professionnels du milieu artistique québécois.

Chinois recherchent talents artistiques au Québec

La Chine a les yeux tournés vers le savoir-faire culturel québécois, au point où dix délégués chinois sont débarqués à Québec pour découvrir les talents de la province.

Ces délégués président des réseaux de diffusion culturelle en Chine. Ils représentent en moyenne 200 producteurs et diffuseurs dans une province de leur pays. Faites le calcul : les délégués représentent à eux seuls près de 2000 entreprises culturelles de l’Empire du Milieu… Et ils ne couvrent pas la moitié du territoire chinois. 

«On a pas mal de connaissances sur les productions québécoises, mais on est ici pour rencontrer les artistes et les producteurs», indique Chao Yang Bao, directeur général de la Kunming Performance Company, établie dans la province de Yunnan. 

«La ville de Québec est très belle et très vieille, mais il y a beaucoup d’innovation et de créativité. C’est un choc pour nous», s’étonne-t-il, curieux d’en apprendre sur la culture de la Belle Province. 

Les délégués ont un horaire chargé. Durant toute la durée de la Bourse RIDEAU, qui se déroule du 11 au 15 février, ils ont assisté à plusieurs productions artistiques, question d’attirer des productions québécoises en Chine. Le groupe a notamment assisté à une présentation du Petit Théâtre de Sherbrooke en vitrine au Théâtre jeunesse Les Gros Becs. 

«Bien sûr, on vient ici pour découvrir des artistes et des projets, mais il y a déjà des tournées québécoises en Chine. Le but, c’est d’en faire venir plus», ajoute M. Bao. 

Le grand patron de l’alliance artistique du Yandtze River Delta, Yongnian Fang, n’en est pas à sa première visite au Québec. Chaque fois, il se dit impressionné par la motivation des artistes québécois à développer de nouveaux contenus. 

«La récente entente culturelle entre le Québec et la Chine permet d’avoir des échanges plus officiels pour faciliter la coopération» entre les États, explique Sidong Zhang, de la China Eastern Theaters Alliance. 

Le défi d'adapter les contenus

L’un des défis pour les producteurs québécois sera d’adapter leur produit au marché chinois, reconnaissent les dépisteurs. C’est qu’en Chine, une salle de spectacle moyenne compte entre 600 et 800 places assises, certaines disposent de plus de 1000 places. «Certains producteurs chinois investissent pour aider les productions à venir en Chine», dit M. Fang. 

«La Chine accueille toutes les meilleures créations du monde. Tout le monde veut venir jouer en Chine parce que c’est le plus gros marché de la planète», ajoute M. Zhang. 

La popularité grandissante des plateformes numériques fait en sorte qu’un public encore plus large est atteint par les productions, si bien que celles-ci doivent ajuster leurs façons de faire. Intégrer des projections multimédias à une production théâtrale, diffuser un spectacle en direct sur Internet… voilà le genre de défis auxquels les producteurs sont confrontés. 

Le Québec sera peut-être bien représenté en Chine dans les prochaines années, mais Chinois et Québécois travaillent conjointement pour attirer ici des productions chinoises. Des artistes chinois sont d’ailleurs présentement en tournée aux États-Unis et les délégués ne cachent pas leur désir de voir ce genre de spectacle musical s’arrêter dans la Belle Province. 

Visite unique 

Cette visite, parrainée conjointement par la Bourse RIDEAU et le Centre d’échange culturel Canada-Chine, est l’occasion de «faire connaître notre événement notre événement et le travail des créateurs québécois à l’extérieur», explique la directrice générale de RIDEAU, Julie-Anne Richard. C’est la première fois qu’une délégation chinoise aussi importante assiste à l’événement, réputé à l’étranger. 

«Il faut comprendre que le milieu de la diffusion en Chine est en explosion, il y a beaucoup de salles qui se construisent. Les Chinois sont intéressés à avoir une programmation intéressante et la création au Québec est intéressante», avance-t-elle, convaincue que l’occasion de croissance est belle pour les créateurs de la province. 

«Il est évident que la langue est un enjeu, c’est pour ça qu’on les a dirigés vers des choses assez visuelles et physiques, comme le théâtre jeunesse», précise Mme Richard. 

La Bourse RIDEAU est le plus important congrès francophone des arts de la scène en Amérique, réunissant près de 1000 artistes, producteurs, agents et diffuseurs du Québec.