Ancienne lauréate, l'ébéniste Stéphanie Lévesque est la porte-parole du 20e concours Chapeau, les filles!, organisé par le ministère de l'Éducation.

Chapeau les filles! a 20 ans

Les filles peuvent faire ce qu'elles veulent dans la vie, non? «Oui, mais plusieurs ont encore peur, peur de faire leur place dans un monde de gars», lance l'ébéniste Stéphanie Lévesque.
C'est pourquoi cette ancienne lauréate a accepté de devenir porte-parole du 20e concours Chapeau, les filles!, organisé par le ministère de l'Éducation.
Des bourses et un stage à l'étranger sont offerts aux étudiantes qui ont choisi des métiers traditionnellement masculins. «Pour moi, c'est une force d'être toute seule de fille, je vais apporter des idées et des façons de faire différentes», raconte Mme Lévesque.
Poussée par une certaine culture familiale, Stéphanie Lévesque a fait un baccalauréat en anthropologie avant de se rendre compte qu'elle avait davantage le goût de travailler de ses mains. D'ébéniste, elle est aussi devenue gérante de chantier, auteure et chroniqueuse à la télé.
Dans les formations typiquement masculines, les filles représentent 9,5 % des inscriptions en formation professionnelle et 15,3 % en formation technique.
L'objectif du ministère de l'Éducation est d'atteindre 33 % de travailleuses dans ces métiers, souvent mieux payés que ceux qui sont typiquement féminins. Le secteur de la construction est celui où la présence des femmes est la plus faible, alors qu'elles représentent 1,38 % de l'effectif.