Le chantier Davie

Chantier Davie: silence radio autour de l'offre de 20 M$ de Québec

Deux semaines après l'offre du gouvernement du Québec d'avancer 20 millions $ au chantier naval Davie pour la reprise des travaux sur les navires destinés à la traverse de Tadoussac, les ouvriers sont toujours à la maison.
Cela faisait quelques jours déjà que l'idée était dans l'air quand le provincial a confirmé, le 24 mars, qu'il mettait 20 millions $ sur la table pour compléter les traversiers jumeaux attendus par la Société des traversiers du Québec (STQ). 
Mis à pied le 11 mars en raison d'un différend financier opposant la Davie et son client, c'était l'espoir d'un retour au travail pour les 189 employés mis à pied le 11 mars. 
Au cours des derniers jours, Le Soleil a contacté toutes les parties pour savoir si une entente était officiellement conclue. 
«Le MTMDET [ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports] et le Chantier Davie poursuivent leur discussion afin d'en venir à une conclusion favorable au profit des travailleurs», a répondu Melissa Turgeon, attachée de presse du ministre Jacques Daoust. 
L'agence de relations publiques mandatée par Chantier Davie Canada n'est pas plus loquace. «Pour le moment, la compagnie n'a aucun commentaire autre que ce qui a déjà été dit dans le passé sur le sujet», nous a-t-on fait savoir. 
La Davie avait adopté un ton positif dans les heures suivant l'annonce gouvernementale. «Nous sommes heureux de constater qu'une solution est à portée de main et que Chantier Davie recevra une portion considérable des paiements dus liés aux modifications qu'il était nécessaire d'apporter aux spécifications d'origine», avait réagi le chef de la direction Alan Bowen. 
Même la CSN, qui représente les syndiqués, préfère garder le silence pour le moment. 
Lors de l'annonce, le ministre Daoust avait précisé que la médiation prévue au contrat entre Chantier Davie Canada et la STQ allait se poursuivre en parallèle. Au bout du processus, la partie jugée responsable des coûts supplémentaires engendrés pendant la construction devra ramasser la facture. Le chantier affirme avoir assumé 40 millions $ de plus que les 125 millions $ prévus.