Au moment de l'acquisition du chantier naval de Lévis en octobre, le nouveau propriétaire, Inocea, promettait de faire travailler 750 personnes. Au dernier décompte, ils sont 850 employés.

Chantier Davie: 850 employés à bord

Avec 850 employés à bord, Chantier Davie Canada prend finalement sa vitesse de croisière.
C'est jeudi que débutera, au chantier naval de Lévis, le découpage des premières pièces d'acier de l'un des deux navires que Davie construit pour la Société des traversiers du Québec (STQ) et qui remplaceront les deux bateaux qui font la navette entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine.
«Cette semaine marque un tournant. Davie est devenu un chantier pleinement opérationnel», a déclaré au Soleil le directeur de l'entreprise, Alex Vicefield. La construction du Cecon Pride - dont le baptême s'est déroulé en octobre dernier - avait débuté sous l'ancienne administration du chantier qui avait dû déclarer faillite. Les deux bateaux-passeurs de la STQ sont donc les deux premiers navires qui porteront la signature du nouveau propriétaire des lieux, Zafiro Marine (maintenant Inocea).
Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis qu'Inocea a fait l'acquisition du chantier. D'une poignée de travailleurs en novembre 2012, il en fait travailler aujourd'hui 850. La première ministre sortante et chef du Parti québécois, Pauline Marois, s'arrêtera d'ailleurs chez Davie, jeudi, pour souligner l'embauche du 850e employé.
La compagnie a pratiquement vidé la liste de rappel des employés mis à pied. «Il doit rester tout au plus une centaine de travailleurs», informe la vice-présidente des ressources humaines, Melissa Morrison, en soulignant que Davie embauche entre 20 et 40 personnes par semaine par les temps qui courent.
Le nouveau propriétaire a aussi investi près de 7 millions $ pour moderniser ses processus de gestion des projets.
Réparation navale
C'est à la fonte des glaces que le Cecon Pride, un navire appartenant à Cecon SA, prendra la direction de l'Europe. Les deux autres navires de construction offshore que Davie doit construire pour la société norvégienne seront prêts en juin 2015 et en janvier 2016.
Quant aux deux traversiers de la STQ, leur livraison est prévue pour les mois de mai et d'août 2015.
Au carnet de commandes de Davie, il vient de s'ajouter un - et peut-être deux - navire-hôtel utilisé pour loger les travailleurs gagnant leur vie sur les plateformes de forage. L'une des compagnies soeurs de Davie au sein d'Inocea, First Energy Leasing, vient d'acheter la faillite du groupe chypriote Ocean Hotels qui avait choisi, il y a quelques années, de faire construire ses deux bateaux à Lévis. Aucune date n'a encore été fixée pour le début de la construction de ces navires.
Chantier Davie Canada est aussi dans la course pour les contrats des navires pour la Garde côtière.
En plus de la construction, Davie entend tirer son épingle du jeu dans le secteur de la réparation navale.
C'est connu, la flotte de bateaux qui naviguent sur les Grands Lacs et le Saint-Laurent est vieillissante. «Toutes les semaines, nous repoussons des demandes d'armateurs du monde entier qui veulent faire réparer leur navire chez nous ou encore remplacer leurs vieux moteurs par des systèmes de carburation mixte alimentés par le gaz naturel liquéfié. Notre cale sèche - la plus grande au Canada - est occupée par les navires de Cecon. Aussitôt qu'ils prendront la mer, nous pourrons répondre à la demande pressante des armateurs.»
Par l'entremise d'un réseau d'agents commerciaux, Davie a planté des graines en Italie, au Royaume-Uni, au Japon et en Inde, entre autres, pour faire savoir aux armateurs internationaux que le chantier de Lévis était open for business pour réparer et pour construire des bateaux.