Âgé de 65 ans, Alain Bouchard quittera ses fonctions de pdg de Couche-Tard le 24 septembre prochain. Il occupera le poste de président exécutif du conseil d'administration. C'est le numéro deux de l'entreprise et actuel chef des opérations, Brian Hannasch, qui le remplacera.

Changement de garde chez Couche-Tard

Le fondateur d'Alimentation Couche-Tard, Alain Bouchard, délaisse peut-être son siège de pdg, mais n'a pas l'intention de prendre sa retraite pour autant. Il pilotera dorénavant tous les dossiers d'acquisitions et les opportunités d'affaires du géant québécois des dépanneurs à l'échelle planétaire.
Âgé de 65 ans, Alain Bouchard quittera ses fonctions de pdg de Couche-Tard le 24 septembre prochain. Il occupera le poste de président exécutif du conseil d'administration. C'est le numéro deux de l'entreprise et actuel chef des opérations, Brian Hannasch, qui le remplacera. «J'ai l'intention d'être très actif», a-t-il laissé entendre hier lors d'une conférence téléphonique avec les journalistes de la presse financière.
Après 34 ans à la barre de Couche-Tard, Alain Bouchard parle d'une certaine «évolution», où la «croissance disciplinée avec des objectifs ambitieux» va demeurer la marque de commerce du géant des dépanneurs.
«Je serai encore au bureau quotidiennement. Je vais passer du temps à planifier nos acquisitions. Et croyez-moi, il y a beaucoup d'opportunités», a-t-il dit.
Parti de rien en 1980 en achetant 11 dépanneurs dans la région de Québec, Alain Bouchard aura bâti un véritable empire du dépanneur de 16 milliards $ en Amérique du Nord et en Europe. Couche-Tard est présent aujourd'hui dans plus de 21 pays avec plus de 12 600 magasins et 80 000 employés.
L'entreprise est également de plus en plus rentable. L'an dernier, Couche-Tard a déclaré des profits nets de 573 millions $US sur des revenus de 35,5 milliards $US.
Au dernier trimestre, Couche-Tard a notamment fait état d'un bénéfice net de 182,3 millions $US, en hausse de 28 %, sur des revenus de 11,1 milliards $US.
L'Europe et les É.-U.
Alain Bouchard croit que les plus belles opportunités de croissance de Couche-Tard résident toujours en Europe et aux États-Unis. «Nous allons essayer d'accélérer les acquisitions, tout cela dans une approche de discipline», a-t-il indiqué.
Il faut savoir qu'aux États-Unis, le marché des dépanneurs demeure concentré entre les mains d'entreprises de petite et moyenne taille. Ces dernières détiennent d'ailleurs près de 70 % du marché, qui compte en ce moment quelque 140 000 établissements.
L'Asie est aussi dans la mire, là où Couche-Tard est déjà en activité par l'entremise de contrats de licence avec 4100 magasins de bannière Circle K en Chine, à Hong-Kong, en Indonésie, au Japon, à Macao et au Viêtman.
M. Bouchard a d'ailleurs l'intention de servir de «mentor et de coach» au nouveau pdg, Brian Hannasch, qui travaille auprès de lui depuis plusieurs années. Ce dernier a été identifié il y a deux ans par la direction de Couche-Tard pour être le successeur d'Alain Bouchard.
M. Hannasch travaille chez Couche-Tard depuis 2001 lorsque l'entreprise a acquis la chaîne de dépanneurs américaine Bigfoot. Depuis 2010, il est le chef des opérations de Couche-Tard.
Originaire des États-Unis, unilingue anglophone, Brian Hannasch a d'ailleurs l'intention d'apprendre le français au cours des prochains mois, lui qui habite maintenant la métropole. «Je suis très heureux de prendre la direction de Couche-Tard, un grand navire», a-t-il souligné hier.
Alain Bouchard ne croit pas que l'unilinguisme de son dauphin représente toutefois un handicap. «Nous avons choisi le meilleur homme pour diriger une entreprise, présente dans 21 pays. La langue de travail est l'anglais partout à l'extérieur du Québec», a-t-il fait valoir.
Alain Bouchard a dit vouloir conserver ses actions de contrôle de Couche-Tard alors que le siège social de l'entreprise va demeurer en sol québécois, à Laval, dans la région de Montréal. Il a l'intention de transférer à ses héritiers cet important bloc d'actions.
Couche-Tard compte maintenant 6221 dépanneurs en Amérique du Nord, dont 4724 qui exploitent des postes à essence. En Europe, l'entreprise possède également 2263 stations-service alors que 4200 dépanneurs sont sous licence en Asie et en Amérique du Sud.
Mardi, à la Bourse de Toronto, le titre d'Alimentation Couche-Tard (TSX: ATD.B) a terminé la journée à 86,70 $, en hausse de 1,79 $.
*****
Hausse de 600 % depuis cinq ans
Les actionnaires de Couche-Tard ont le sourire. Depuis cinq ans, le titre de l'entreprise a progressé de façon fulgurante avec une hausse de son cours de près de 600 %. Il y a cinq ans, l'action de Couche-Tard
(TSX: ATD.B) valait 12,65 $ à la Bourse de Toronto. Mardi, le titre a clôturé à 86,70 $ (+ 74,05 $ en cinq ans). Depuis un an, le titre de Couche-Tard est en pleine ascension, en hausse de 56 %. La direction de Couche-Tard a annoncé hier un fractionnement de ses actions le 14 avril prochain à raison de trois pour une. Par ailleurs, un dividende de 10 ¢ par action sera versé le 10 avril prochain à tous les actionnaires inscrits en date du 27 mars.