Philippe Pelletier-Baribault était sans voix lorsque que le jury a annoncé que Sweet Bandits Studios remportait le concours Catapulte.

Catapulte honore Sweet Bandits Studios

Les trois membres du jury du concours Catapulte sont sortis des sentiers battus, jeudi, en décernant le prix 2018 à Sweet Bandits Studios avec son jeu multijoueurs «Deceive Inc». L’aventure prendra vie sur la plateforme Twitch connue pour diffuser des compétitions de jeu vidéo, mais moins pour le jeu lui-même.

Le concours Catapulte et la compétition Pixel Challenge sonnent l’ouverture de la Semaine numérique de Québec pour les dix prochains jours. C’est le plus important événement du genre au Québec, voire au Canada, avec 25 000 participants provenant de l’industrie du numérique et le grand public qui pourra découvrir les dernières nouveautés du côté de l’intelligence artificielle, des réseaux sociaux et toute la technologie qui influence le quotidien.

La grande nouveauté du concept de Sweet Bandits Studios réside justement dans la gestion des interactions entre les spectateurs et les joueurs en plein milieu de leur partie.

«Il n’y a pas beaucoup de jeu sur Twitch et nous voulons que la communauté qui regarde puisse influencer le déroulement d’une partie de sorte que les joueurs devront aussi tenir compte des spectateurs», explique Philippe Pelletier-Baribault pendant que les autres membres du studio sont au PAX East de Boston pour présenter leur nouveau concept.

Il était le seul des trois cofondateurs sur la scène pour recevoir le chèque de 55 000 $ et les engagements en service de 45 000 $ de la bourse totalisant 100 000 $. «Je suis sans mot. J’ai la bouche sèche et je tremble encore», confiait-il quelques minutes après la remise du prix.

«Ça fait du bien. C’est une reconnaissance des juges, mais aussi du public. Nous avons besoin d’une forme de validation de notre projet, car nous travaillons en secret depuis des mois. On aurait pu prendre de mauvais chemins, mais ça ne semble pas être le cas. En plus, c’est la première fois que nous présentons notre projet publiquement.»

Chose certaine, la bourse en argent permettra d’assurer davantage la base financière du jeune studio fondé en 2016. Plus encore, reconnaît Philippe Pelletier-Baribault, cela permettra de compléter le montage financier pour la commercialisation du jeu, trouver de nouveaux partenaires financiers. Des discussions sont en cours avec un éditeur pour la diffusion et la commercialisation du jeu.

De cinq personnes, le studio passera à 11 dans les prochains mois. Les membres actuels comptent entre 6 et 12 ans d’expérience dans le monde du jeu vidéo. «Nous voulons recruter des vétérans. Des gens avec qui nous aimerions travailler, Philippe Pelletier-Baribault.

Le jeu Deceive Inc, basé sur les aventures d’agents secrets, est un mélange du style rétro dans l’esprit des James Bond des années 1970-1980 avec Roger Moore et une multitude de gadgets pour réaliser ses objectifs, mais avec un mode jeu très moderne sur une plateforme de diffusion en pleine croissance.

Pixel Challenge

Pendant que plusieurs célébraient au deuxième étage du Terminal des croisières, 400 participants au rez-de-chaussée, dont une centaine provenant de différents pays, s’échauffaient les jointures pour bâtir en 48 heures un jeu vidéo, un micro métrage d’animation, de la musique ou un scénario. Le thème commun pour cette année est «la tempête parfaite» ou «the perfect storm».

Outre les participants, une centaine de personnes, des coachs, des mentors ou des spécialistes de haut niveau arpentaient la plus grande salle de compétition pour prodiguer leurs conseils aux équipes. «C’est notre plus gros événement depuis nos débuts il y a huit ans», exprimait Louis Leclerc, le grand responsable de cette compétition qu’il qualifie de Jeux olympiques du numérique.