Le propriétaire des terrains du futur Carrefour Saint-Romuald, Placement D.T., avait pris une entente en 2011 avec la Ville de Lévis qui assurait à la municipalité des revenus de taxes à partir de 2014.

Carrefour Saint-Romuald: les revenus promis à Lévis amincis

Les revenus anticipés par Lévis à la tête des ponts ne seront pas au rendez-vous cette année. La Ville négociera avec le promoteur pour le versement de compensations pour 2014.
Le propriétaire des terrains du futur Carrefour Saint-Romuald, Placement D.T., a conclu en 2011 une entente avec la Ville de Lévis qui assurait à la municipalité des revenus de taxes foncières à partir de 2014 et qui doivent atteindre 1,6 million $ à compter de 2019. Placement D.T. comptait sur la venue de gros joueurs à la tête des ponts tels Costco, Club Piscine, Toys R Us et Latulippe. En tout, les investissements attendus sont évalués à 400 millions $.
En contrepartie, la Ville avait exceptionnellement accepté de contribuer financièrement par l'achat de parcelles de terrain et par l'aménagement des rues principales du nouveau pôle commercial et résidentiel, un investissement de 9 millions $.
Le promoteur s'est engagé à travailler un concept d'aménagement avec la Ville. Maintenant que le concept est finalisé, il est en train de vendre ses terrains aux futurs occupants, dont Costco, a appris Le Soleil.
Pour 2014, les revenus de taxes promis étaient de 300 000 $. Déjà, on sait que ceux-ci ne seront pas atteints. «En 2014, on n'aura probablement pas les revenus de taxes qui étaient prévus», admet la directrice générale adjointe au développement durable, Marie-Lise Côté.
Un projet «complexe»
Le projet, qui est «complexe», a-t-elle reconnu, a rencontré plusieurs embûches depuis ses débuts. Il a fallu déplacer 160 maisons mobiles, des sols argileux ont compliqué la tâche pour le réaménagement de la bretelle d'accès en provenance de l'autoroute 20 et, a-t-on appris, une ancienne servitude appartenant à Irving est aussi venue compliquer les choses.
Le maire Gilles Lehouillier explique que le terrain a été vendu, mais que la pétrolière a refusé de retirer une clause qui interdisait d'y aménager une station-service ou une route d'accès à un tel commerce. Il a fallu trouver des façons de contourner le problème pour que Costco puisse établir sa superessencerie à Lévis, une condition sine qua non à sa venue sur la Rive-Sud. «On a contourné l'obstacle», se réjouit M. Lehouillier.
Maintenant, il reste à voir comment la Ville récupérera les sommes dues. «On va s'asseoir avec Placement D.T. pour voir s'il y a des ajustements à faire compte tenu qu'il y a eu des retards», a indiqué Marie-Lise Côté.
Si les deux parties ne s'entendent pas, la Ville est quand même assurée de pouvoir récupérer ses billes grâce à l'entente de départ, qui prévoyait que le promoteur consentait une hypothèque de premier rang en faveur de la Ville sur un terrain constructible lui appartenant en front d'une rue municipale desservie. Ce terrain a une valeur minimale de 2,5 millions $. «Au besoin, on pourrait le vendre pour aller chercher l'argent qui nous est dû», dit la directrice générale adjointe.
Pour les années subséquentes, la Ville est sûre de voir les revenus se concrétiser. Elle se fait aussi rassurante quant au début des travaux de construction de l'entrepôt du géant Costco. En décembre, le président de Placements D.T., Denis St-Cyr, avait annoncé que le chantier démarrerait au printemps. Marie-Lise Côté et Gilles Lehouillier abondent dans le même sens. «C'est une cible qu'on s'est donnée.»
***
Un PPU à la tête des ponts
La Ville de Lévis a présenté, lundi, le programme particulier d'urbanisme (PPU) qu'elle entend adopter pour encadrer le développement à la tête des ponts. Le secteur d'application est encadré par le boulevard de la Rive-Sud au nord, le chemin du Sault à l'ouest, l'autoroute 20 au sud et la voie ferrée à l'est. C'est dans cet espace central à Lévis que le développement commercial de grandes surfaces, dont un Costco, verra le jour.
On veut favoriser le développement commercial et de services, en augmentant aussi la densité résidentielle. On veut également faire une place plus soutenue au transport en commun.
Ce PPU permettra entre autres l'aménagement d'une essencerie au futur entrepôt de Costco. Les modifications au plan d'urbanisme permettront de réaliser ces objectifs. Le PPU sera soumis à la consultation publique ultérieurement.
«On veut en faire un pôle majeur. [...] On veut en faire une plaque tournante du transport en commun», a commenté à la fin du conseil le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.