Les deux têtes dirigeantes de Coveo, Laurent Simoneau et Louis Têtu. Coveo a reçu un financement de 100 millions $US d'un fonds d'investissement de la Silicom Valley.

Capital de risque: la région de Québec fait le plein de dollars

Généralement un parent pauvre dans l’obtention de financement par capital de risque, la région de Québec a été choyée au cours des six premiers mois de 2018, selon le rapport MoneyTree de PwC Canada et CB Insights publié plus tôt cette semaine.

«Des entreprises établies à Québec ont obtenu 147 millions $US dans cinq transactions au deuxième trimestre 2018, une augmentation considérable par rapport à la seule transaction de 8 millions $US enregistrée au premier trimestre», révèle le rapport.

La part du lion revient Coveo qui a attiré l’attention d’une société d’investissements en technologie de la Silicon Valley. Evergreen Coast Capital, une filiale d’Elliott Management, a déplié 100 millions $US pour investir dans l’entreprise spécialisée dans les technologies de recherche et de personnalisation par intelligence artificielle. MoneyTree fait remarquer que ce financement constituait la plus importante transaction visant une entreprise canadienne au deuxième trimestre.

Deux autres transactions importantes touchant des entreprises de Québec ont été réalisées au cours du deuxième trimestre de 2018 : celle de La Maison Simons (21 millions $US, Fonds de solidarité FTQ) et d’XpertSea (8 millions $ US, un co-investissement dirigé par Obvious Venture, Aqua-Spark et Real Ventures). Cette jeune pousse a mis au point un système de contrôle de qualité des organismes marins pour l’industrie de l’aquaculture en ayant recours à l’intelligence artificielle et à la vision numérique. Dans le cas de La Maison Simons, l’investissement aidera le détaillant à financer la construction de son nouveau centre de distribution.

Par ailleurs, entre le troisième trimestre de 2017 et le deuxième trimestre de 2018, deux autres sociétés de la capitale ont obtenu du capital de risque : Leddard Tech (101 millions $US) et Poka (8 millions $US).

La première commercialise des systèmes de détection des obstacles pour l’industrie de l’automobile et la seconde a mis au point une «plateforme sociale industrielle» par laquelle une entreprise peut transmettre les connaissances pratiques pour l’opération et la maintenance de ses équipements.