Cannabis NB, qui compte 20 succursales réparties dans tout le Nouveau-Brunswick, a perdu près de 12 millions $ au cours des six premiers mois.

Cannabis NB: patience avant la rentabilité

FREDERICTON — Selon le nouveau président de Cannabis NB — l'équivalent de la SQDC au Nouveau-Brunswick —, l'entreprise ne sera pas rentable au plus tôt avant l'année prochaine.

Patrick Parent affirme que la société d'État est l'équivalent d'une entreprise en démarrage qui a besoin de temps pour mûrir.

«Nous espérons des améliorations opérationnelles. Nous reconnaissons l'existence d'un écart de prix par rapport au marché noir. Nous nous attaquons au problème de manière énergique. Si on va dans les magasins aujourd'hui, on peut constater que les produits sont très concurrentiels. En fait, dans certains cas, plus concurrentiels que dans le commerce illégal», a déclaré M. Parent.

Celui-ci ne conteste pas que l'entreprise devra accélérer le rythme vers la rentabilité. «Tout le monde convient que nous devons rendre un profit aux contribuables du Nouveau-Brunswick, a-t-il dit. La meilleure façon d'y parvenir est d'ignorer les bruits extérieurs et les distractions tout en nous concentrant sur l'amélioration quotidienne de l'entreprise.»

La société, qui compte 20 succursales réparties dans toute la province, a perdu près de 12 millions $ au cours des six premiers mois. Elle est toujours déficitaire même si les ventes sont en hausse. Elle a annoncé la semaine dernière des pertes de 1,5 million $ pour le deuxième trimestre de l'exercice financier.

Le gouvernement libéral précédent avait présenté la légalisation du cannabis comme une occasion économique et souhaitait faire de la province un chef de file de ce commerce. L'Université du Nouveau-Brunswick a même formé la première chaire de recherche sur le cannabis dans le domaine de la santé au pays.

Plus récemment, le premier ministre progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a déclaré qu'il examinera toutes les options, y compris la privatisation, pour enrayer les pertes financières.

Le précédent président de Cannabis NB, Brian Harriman, avait dit espérer que les 20 succursales atteignent au moins l'équilibre financier au cours de leur premier exercice financier.

M. Parent, qui est devenu président et chef de la direction de Cannabis NB et de la Société du Nouveau-Brunswick en septembre, a rappelé que de nombreux changements avaient été apportés pour améliorer les prix et l'offre.

«Nous arrivons au point d'offrir les bons produits au bon prix», a-t-il soutenu.

Il y a eu d'autres changements. Au lieu de passer par la sécurité pour entrer dans les succursales, la preuve d'âge est maintenant effectuée à la caisse.

La société a également réduit ses effectifs et récemment supprimé huit postes de direction.

«Nous avons effectué certains ajustements qui étaient nécessaires pour donner à l'entreprise toutes les chances de rentabiliser ses activités plus rapidement. À présent, nous allons nous concentrer sur la disponibilité, la tarification, la compétitivité et d'autres facteurs de ce type», a souligné M. Parent.

Le président de Cannabis NB déplore d'avoir à faire face à la concurrence de plus de 50 magasins de cannabis illégaux dans la province.

«Nous ne sommes pas habilités à traiter ce problème. Nous essayons d'éduquer les gens sur les différences entre le marché illégal et notre marché. Il ne fait aucun doute que cela nous enlève des revenus importants qui nous placeraient probablement dans une situation financière beaucoup plus favorable», ajoute-t-il.