Le président de Staples/Bureau en Gros, Steve Matyas, était de passage dans la capitale, jeudi, lors de sa tournée nationale. Il souligne que l'entreprise a dû s'adapter au marché en garnissant ses étagères de tablettes électroniques, de téléphones intelligents et d'ordinateurs.

Bureau en Gros mise sur les petites surfaces

«Dans moins de dix ans, il est plus que probable que vous puissiez vous promener dans un Bureau en Gros à Chibougamau et même à Labrador City», a déclaré Steve Matyas, président de Staples/Bureau en Gros lors de son passage dans la capitale jeudi.
En effet, le géant des fournitures de bureau misera sur la multiplication de ses établissements en Amérique du Nord pour la prochaine décennie. Le Québec y passera aussi. «Des magasins à grosse superficie comme celui de Duplessis vont se faire de plus en plus rares. Ce qu'on va voir, ce sont de plus petits magasins comme celui d'Alma [15 000 pieds carrés]», explique le président.
Bureau en Gros, dont la moitié du chiffre d'affaires provient du commerce en ligne, entend privilégier les petites surfaces pour sécuriser l'achat par Internet.
«La présence physique d'un magasin rassure le client, c'est psychologique. D'ailleurs, même aujourd'hui, lorsque l'on s'installe dans une région, on remarque que le commerce en ligne augmente instantanément.»
Depuis 1995, Bureau en Gros présente un catalogue de ses produits sur son site Internet. Depuis 1999, le site est transactionnel. Une longue expérience qui joue en leur faveur, selon le président. «Nous avons eu le luxe de pouvoir faire quelques gaffes au début, en ne perdant pas de clientèle et en apprenant de ces erreurs», explique-t-il.
«Maintenant que c'est devenu la norme pour la jeune génération d'acheter en ligne, nous devons effectuer notre transition en restant pertinents pour cette clientèle, mais aussi pour les gens qui nous suivent depuis le début», souligne le président, n'oubliant pas que la génération du millénaire achète beaucoup moins de fournitures de bureau traditionnelles.
«Pour survivre, nous avons intégré sur nos étagères des tablettes électroniques, des téléphones intelligents et des ordinateurs. C'était indispensable.»
Toutefois, avant d'en arriver au rétrécissement des espaces, il est à noter que l'un des magasins les plus profitables au Canada, celui de Saint-Georges de Beauce, s'étend sur 26 000 pieds carrés.
Les défis de Québec
Avec l'annonce de la fermeture de 225 Staples/Bureau en Gros en Amérique du Nord en mars 2014 et les 12 en 2013, Steve Matyas ne cache pas les défis du marché et en particulier celui de Québec.
«Le marché de Québec a des particularités très différentes des autres endroits au Canada. Louis Garneau est un très bon exemple, car il excelle à Québec, mais pas de la même façon qu'ailleurs au Canada. Honnêtement, nous avons tout simplement de la difficulté à répondre à la demande. On doit s'ajuster», complète le président qui a été le premier employé de The Business Depot en 1991, le prédécesseur de Bureau en Gros.
Un Bureau en Gros poussera-t-il dans le nouveau développement de la Rive-Sud de Québec?
«Disons simplement qu'il est prématuré de dire quoi que ce soit», laisse tomber Steve Matyas, le sourire en coin et les yeux rivés vers le sol.
En 2013, Léger Marketing a classé Bureau en Gros parmi les 10 meilleures entreprises au Canada (sixième) selon un sondage sur la réputation des entreprises, et ce, pour la sixième année de suite.