Les grands marchés boursiers new-yorkais ont aussi affiché des gains, mardi.

Bourse: Toronto et New York entament l'année en hausse

La Bourse de Toronto a entamé l'année du bon pied, enregistrant un gain alimenté par les actions des producteurs d'or et d'autres métaux, tandis que l'économie chinoise donnait des signes de croissance.
L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 115,44 points à 15 403,03 points au terme de sa première séance d'activité de l'année. Les marchés étaient fermés lundi pour le congé reporté du jour de l'An.
Les titres des producteurs aurifères ont généralement avancé, le secteur des matériaux s'emparant de 2,3 %. Les actions de Barrick Gold (TSX:ABX) et d'Iamgold (TSX:IMG) ont respectivement pris 2,56 % et 6,74 %.
À la Bourse des matières premières de New York, le cours du lingot d'or s'est adjugé 10,30 $US à 1162 $US l'once.
Les grands marchés boursiers new-yorkais ont aussi affiché des gains. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a pris 119,16 points à 19 881,76 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 s'est emparé de 19 points à 2257,83 points. L'indice composé du Nasdaq a grimpé de 45,96 points à 5429,08 points.
Optimisme
Selon Craig Fehr, un stratège des marchés canadiens pour la firme Edward Jones, les opérateurs espèrent conserver leur optimisme au sujet des marchés avec l'arrivée de 2017. Les grands indices boursiers affichent une hausse soutenue depuis l'élection présidentielle américaine du début novembre.
M. Fehr a souligné que les investisseurs semblaient toujours encouragés par ce que leur réserve l'avenir une fois que Donald Trump sera à la barre des États-Unis. Celui-ci occupera officiellement son poste à compter du 20 janvier.
La volonté de M. Trump d'assouplir la réglementation des secteurs pharmaceutique et bancaire, ainsi que sa promesse d'investir plus d'argent dans les infrastructures, ont le potentiel de faire grimper les marchés boursiers d'ici la fin de l'année et en 2018, a estimé M. Fehr.
L'institut américain des gestionnaires en approvisionnement a indiqué mardi que son indice de fabrication avait grimpé à 54,7 points en décembre, son plus haut niveau de l'année. C'était en outre sa quatrième augmentation mensuelle consécutive. Toute lecture supérieure à 50 points témoigne d'une croissance de l'activité. Le résultat de l'institut des gestionnaires en approvisionnement était légèrement supérieur aux attentes des analystes.
À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 1,39 $US à 52,33 $US le baril.
Les investisseurs se sont intéressés à l'impact des coupes de productions annoncées par les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres pays producteurs non membres du cartel. Ces réductions de production devaient entrer en vigueur au début de l'année.