La Boulangerie St-Méthode a un chiffre d’affaires annuel de plus de 80 millions $, après des années de croissance de 6 % et 10 % en 2016 et 2017. L’entreprise dit détenir 17 % du marché québécois du pain tranché et 45 % du marché pour les pains à grains.

Boulangerie St-Méthode: investissement de 14 M$

La Boulangerie St-Méthode d’Adstock, en Chaudière-Appalaches, réalisera au cours des deux prochaines années l’investissement le plus important de ses 70 ans d’histoire en lançant des travaux d’agrandissement et de modernisation de 14 millions $.

«Jamais nous n’avons investi autant. Notre dernier grand investissement était de l’ordre de 3 à 4 millions $ en 1999, mais le volume d’affaires a beaucoup augmenté au cours des dernières années», a expliqué au Soleil Benoît Faucher, pdg de l’entreprise fondée par son père Joseph et sa mère Mariette en 1947.

Investissement Québec, Desjardins et Roynat Capital, une filiale de la Banque Scotia qui fait partie de l’actionnariat de la Boulangerie St-Méthode depuis 2014, participent au montage financier de cet ambitieux projet d’expansion.

En plus d’augmenter sa superficie de 35 % par l’ajout de 20 000 pieds carrés de surface à l’usine principale d’Adstock, l’entreprise achètera aussi beaucoup d’équipement, notamment afin d’automatiser l’étape de la fermentation du pain et d’améliorer la ligne de production des pains artisan La Récolte St-Méthode. Une nouvelle ligne de production automatisée des pains artisan sera également ajoutée.

Nouveaux emplois

«Même si on parle d’automatisation, la hausse de volume fait qu’on créera quand même 10 nouveaux emplois au cours des deux prochaines années. Il faudra quand même embaucher des travailleurs étrangers ayant le statut d’immigrant, car il nous manque toujours une dizaine d’employés à notre usine d’Adstock en raison de la pénurie de travailleurs en Chaudière-Appalaches», poursuit M. Faucher.

Actuellement, la Boulangerie St-Méthode emploie 325 travailleurs, dont 200 à Adstock, 55 dans son usine de Magog qui produit 25 % des pains de l’entreprise et les employés du bureau des ventes d’Anjou et du réseau de distribution.

Une fois l’expansion réalisée, la production des pains artisan, qui incluent les pains Grand-Mère et Grand-Père, les produits vedettes de l’entreprise, passera de 700 000 à un million de pains par semaine.

«En plus de détenir 17 % du marché québécois du pain tranché, nous sommes le leader dans le domaine des pains à grains avec 45 % du marché. C’est maintenant presque un pain à grains sur deux qui est produit par la Boulangerie St-Méthode», indique le pdg.

Croissance soutenue

Quant au chiffre d’affaires de la Boulangerie St-Méthode, il se situe maintenant à plus de 80 millions $ par année, après des années de croissance de 6 % et 10 % en 2016 et 2017. Elle est la troisième boulangerie en importance au Canada après la multinationale Grupo Bimbo, qui possède entre autres les boulangeries Pom et Bon Matin, et le groupe Weston.

«Tout ça dans un marché, le pain tranché, qui n’est pas en croissance. Ce qui nous permet de demeurer en croissance, c’est que nous continuons à développer de nouveaux produits, comme le pain Chia avec lin moulu et un nouveau pain que nous lancerons en avril et qui sera une innovation importante dans la façon de faire», poursuit M. Faucher.

Depuis six mois, la Boulangerie St-Méthode est aussi devenue la seule boulangerie majeure du Québec à détenir la certification «sans organismes génétiquement modifiés», ce qui a nécessité de changer certains produits qui n’étaient pas certifiés.

Son statut de chef de file dans le domaine du pain santé force aussi l’entreprise à être de plus en plus présente dans la publicité télévisée afin d’aller chercher de nouveaux clients dans un marché presque saturé. «Ce n’est plus suffisant d’avoir un bon produit, c’est aussi une guerre de marketing et une question de notoriété de l’entreprise», conclut-il.