Julien Billot

Bond de la rémunération totale de la haute direction des Pages Jaunes

Les membres de la haute direction de Pages Jaunes (TSX : Y) ont touché plus de 9,4 millions $ en rémunération totale en 2016, alors que l'entreprise a entamé une révision de sa stratégie d'affaires.
Ce montant, qui figure dans la circulaire de sollicitation envoyée aux actionnaires en vue de l'assemblée annuelle du 10 mai, qui se tiendra à Montréal, est en hausse d'environ 30 % par rapport à l'année précédente.
Au cours de l'exercice 2016 terminé le 31 décembre, l'éditeur de l'annuaire Pages Jaunes a affiché une perte nette de 403,7 millions $, ou 15,23 $ par action, comparativement à un profit de 61 millions $ ou 2,29 $ par action un an plus tôt. Le résultat net du dernier exercice tient toutefois compte d'une perte de valeur de 600 millions $ comptabilisée par la société sur ses marques de commerce.
Son chiffre d'affaires a également reculé de 1,45 % pour s'établir à 818 millions $.
En poste depuis 2014, le président et chef de la direction de Pages Jaunes, Julien Billot, a reçu une rémunération totale - qui combine entre autres les salaires de base, les primes ainsi que les contributions aux régimes de retraite - de 3,61 millions $, en progression de 8,4 %.
Son salaire de base a grimpé de 6 % pour s'établir à 875 000 $, tandis que la valeur de ses attributions fondées sur des options est passée de 468 097 $ à 720 400 $.
De son côté, la rémunération totale de la chef de la direction financière Ginette Maillé - qui a quitté pour la retraite - a bondi de 64 % pour atteindre 1,86 million $. Cette augmentation s'explique essentiellement par la valeur de son régime de retraite, qui était de 577 700 $ pour 2016, comparativement à 57 300 $ lors de l'exercice précédent.
Le salaire total du chef de l'exploitation, Douglas Clarke, a plus que doublé pour atteindre 1,92 million $. Encore une fois, cette forte augmentation est largement attribuable à la valeur du régime de retraite, qui a été de 738 000 $ en 2016, comparativement à 1200 $ lors de l'exercice précédent.
Unique recul
L'unique recul a été constaté du côté du chef de la direction numérique, Pascal Thomas, qui a vu son salaire total fléchir de 10 %, à 841 305 $. Celui-ci a touché une prime annuelle de 139 800 $, en baisse par rapport à 335 000 $ l'année précédente.
«L'assemblée annuelle sera consacrée à l'état d'avancement de notre évolution numérique, à notre stratégie d'affaires et aux résultats financiers», écrit le président du conseil d'administration, Robert MacLellan, dans la note aux actionnaires de la circulaire.
La société a déjà dit vouloir repenser sa façon de vendre certaines solutions aux petites et moyennes entreprises, qui ont souvent le réflexe, par exemple, d'opter pour des produits à marges moins élevées comme Google AdWord ou Solution Facebook, proposés par la société québécoise.
L'action plonge
Depuis l'annonce de cette réflexion effectuée en novembre dernier, l'action de Pages Jaunes a plongé de plus de 65 %, ou plus de 14 $, pour se négocier aux alentours de 7,55 $, soit un niveau qui n'avait pas été observé depuis février 2013.
Lundi, à la fermeture des marchés, le titre de Pages Jaunes a clôturé à 7,56 $, en hausse de 10 ¢, ou 1,34 %, par rapport au cours de vendredi.
L'entreprise a par ailleurs annoncé lundi que Ken Taylor avait été sélectionné pour remplacer Mme Maillé comme chef de la direction financière.