Des centaines de personnes ont manifesté leur colère devant l'usine de Bombardier Transport à La Pocatière, tout en exigeant un pourcentage de contenu local dans les appels d'offres d'Ottawa.

Bombardier à La Pocatière: Colère à l'endroit d'Ottawa et de Via Rail

MATANE – Des centaines d’employés syndiqués, auxquels se sont joints des non-syndiqués, des retraités et des élus, ont manifesté jeudi midi devant l’usine de Bombardier Transport de La Pocatière.

Les manifestants ont fait part de leur mécontentement par rapport à la possible perte du contrat de VIA Rail, évalué à 1 milliard$.

«On veut exprimer notre déception auprès du gouvernement Trudeau, explique le président du syndicat des employés, Claude Michaud. Il n’y a pas de contenu local dans les contrats de VIA Rail. On veut de 20 à 30% de contenu local. VIA Rail est à l’intérieur du Canada; je ne comprends pas pourquoi le travail serait fait à l’extérieur!»

Si la rumeur voulant que la société d’État accorde le contrat à Siemens, la compagnie allemande enverrait la commande de fabrication des 32 trains bidirectionnels à son usine de Sacramento aux États-Unis. «Ça veut dire zéro retombée économique pour la région», dénonce le syndicaliste.

Claude Michaud croit que comme le contrat n’est pas encore signé, il y a de l’espoir pour faire changer les choses.

«C’est le but de la manifestation, rappelle le président du syndicat des employés de Bombardier La Pocatière-CSN. On ne sort pas de gaieté de coeur. Mais, si on ne fait rien, ce sera le troisième contrat qu’on perd.»

La perte du contrat de VIA Rail viendrait s’ajouter à la commande des 212 voitures du Réseau express métropolitain qui a été confiée à Alstom en Inde et à la seconde série de 24 voitures de l’Agence métropolitaine de transport, dont le mandat a été confié à la China Railway Rolling Stock Corporation. 

Selon M. Michaud, la ratification du contrat de VIA Rail est prévue à la fin du mois.

Le seul contrat en cours de réalisation consiste à manufacturer les wagons Azur du métro de Montréal, auquel se sont ajoutées 153 nouvelles voitures à la mi-novembre.

Celui-ci, qui procure de l’emploi à 170 personnes, prendra fin dans dix-huit mois.

«Il n’y a rien dans le carnet de commandes après, se désole le président du syndicat. On risque de mettre la clé dans la porte!»

Mais, Claude Michaud préfère s’accrocher et demeurer confiant. Lundi, il sera en conférence téléphonique avec la ministre responsable de la région et députée de Côte-du-Sud, Marie-Ève Proulx. Il sait aussi qu’il peut compter sur le député fédéral de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux.