L'US Air Force a prévu un budget total de trois milliards de dollars pour deux exemplaires de 747-8, mais ce genre de contrat est très rarement exécuté dans la limite de l'enveloppe initiale.

Boeing sur le point de vendre des Air Force One au Pentagone

Attaqué en 2016 par le président élu Donald Trump sur le prix prohibitif du futur avion présidentiel américain, Boeing est sur le point de vendre deux exemplaires d'Air Force One au Pentagone à un tarif considéré abordable, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier.
Ironie de l'histoire, ces deux avions 747-8 étaient initialement destinés à la compagnie aérienne russe Transaero, qui a fait faillite en 2015, a précisé cette source, sous couvert d'anonymat.
Ils avaient été commandés en 2013, mais Transaero n'en a jamais pris livraison. Boeing les avait stockés à l'aéroport de Mojave Desert en Californie.
Le constructeur aéronautique va les transformer en avions présidentiels américains, en y ajoutant notamment des systèmes de sécurité et des technologies dernier cri pour répondre aux exigences du ministère de la Défense.
Le prix proposé au Pentagone a pris en compte les critiques de M. Trump, selon cette même source. Un 747-8 dans sa version civile est vendu environ 390 millions de dollars au prix catalogue. Mais son prix évolue très vite en fonction des technologies ajoutées.
«Nous sommes encore en train de discuter pour parvenir à un accord concernant la vente de deux 747-8 à l'Armée de l'air. Cette transaction se focalise sur le fait de fournir (un avion de) grande valeur à l'Armée de l'air et de proposer un bon prix pour le contribuable», a déclaré à l'AFP, une porte-parole de Boeing, sans autre détail.
Un accord pourrait être annoncé dans les prochaines semaines.
Un peu plus d'un mois avant son investiture, Donald Trump avait menacé d'annuler une commande pour des Air Force One, jugeant le prix de ce programme trop élevé.
«Boeing construit un Air Force One 747 tout neuf pour les futurs présidents, mais les coûts s'envolent, plus de quatre milliards de dollars. Annulez la commande!» avait-il asséné sur Twitter, son canal de communication préféré.
Air Force One, qui ne porte ce nom que quand le président est à bord, lui permet d'exercer toutes les prérogatives de son mandat pendant qu'il est dans les airs, y compris déclencher une frappe nucléaire.
L'US Air Force a prévu un budget total de trois milliards de dollars pour deux exemplaires de 747-8, mais ce genre de contrat est très rarement exécuté dans la limite de l'enveloppe initiale.