Les principales centrales syndicales espèrent toutes représenter les travailleurs du nouvel amphithéâtre. La FTQ croit avoir une longueur d'avance, puisqu'elle représente des employés déjà présents sur le chantier.

Blitz final pour J'ai ma place

C'est la dernière chance pour se procurer un siège dans l'amphithéâtre de Québec avec J'ai ma place. Le groupe lance aujourd'hui une offensive pour mousser ses ventes d'ici la fin janvier.
Jusqu'à maintenant, quelque 5000 acheteurs se sont procuré un siège dans l'amphithéâtre par l'entremise de J'ai ma place. Le groupe souhaite toujours atteindre son objectif de livrer un montant total de 21 millions $ à la Ville de Québec quand, le 30 janvier 2015, elle passera le flambeau à Québecor dans la vente de sièges.
En ce moment, indique le président de J'ai ma place, l'avocat Luc Paradis de la firme Morency, le groupe a recueilli 18 millions $ en argent sonnant. Il reste des promesses d'achat pour 2 millions $.
J'ai ma place lance ce dernier blitz pour rappeler aux intéressés que la vente de sièges et les privilèges qui y sont rattachés que s'ils souhaitent obtenir leur place il ne reste que quelques mois.
L'organisation assure par ailleurs qu'elle a mis tous les efforts possibles pour que les détenteurs de sièges soient satisfaits de la place qui leur sera réservée dans l'amphithéâtre. En octobre, le Journal de Québec révélait la grogne chez les détenteurs de sièges, qui s'inquiétaient de se voir attribuer une place avec une moins bonne vue que ce pour quoi ils ont payé. J'ai ma place a vendu trois niveaux de sièges à trois prix différents, se basant sur la configuration actuelle du Colisée Pepsi. Sauf que le nouvel amphithéâtre aura seulement deux sections. «Ça fait un mois qu'on travaille là-dessus et on a obtenu un résultat extraordinaire, quant à moi, a soutenu M Paradis. On a divisé l'amphithéâtre en trois de façon intelligente et logique et les gens vont être enchantés.»