Le président de Groupe Valorrr, Sylvain Trépanier

Biométhanisation: Groupe Valorrr étend son savoir à Montréal

Après avoir été mise à contribution une première fois à Rivière-du-Loup, l'expertise portneuvoise en biométhanisation se transporte maintenant dans la couronne sud-est de Montréal, où elle servira à la construction d'une usine de 59 millions $.
Groupe Valorrr, qui a pignon sur rue dans le parc industriel Deschambault-Portneuf, participera à la valorisation des résidus organiques générés par les 235 000 résidents des MRC de la Vallée-du-Richelieu, de Marguerite-D'Youville et de Rouville, de même que par les commerces et les institutions de la région.
«Concrètement, nous sommes impliqués dans la phase de conception et de construction de l'usine, qui devrait s'achever à l'automne, puis dans l'opération des installations, dont le démarrage est prévu pour le premier trimestre de 2016», précise le président de Groupe Valorrr, Sylvain Trépanier.
Pour le chef de file québécois en valorisation des matières résiduelles organiques, il ne s'agit pas d'une première puisque son nom est déjà associé à l'usine de biométhanisation de Rivière-du-Loup qui verra le jour en 2015 et dont le chantier s'ouvrira au cours des prochaines semaines.
«Dans son redéploiement, Éthanol GreenField Québec, située à Varennes, a fait des recherches pour voir qui était actif dans le domaine, et c'est de cette manière que nous sommes entrés dans le dossier. Les partenaires travaillent depuis 2010 à mettre en place le projet», raconte le dirigeant de l'entreprise portneuvoise.
Techniquement, le centre de traitement intégré des matières organiques sera administré par la Société d'économie mixte de l'est de la Couronne Sud (SEMECS) et exploité par Biogaz EG, une organisation présidée par M. Trépanier issue d'une alliance entre Éthanol GreenField Québec et Groupe Valorrr.
Les nouvelles installations pourront traiter annuellement environ 50 000 tonnes métriques de matières organiques, soit 41 000 tonnes pour la biométhanisation et 10 000 tonnes pour les infrastructures de compostage. L'initiative profitera d'une aide gouvernementale de 31,3 millions $.
Et à Québec?
Si Groupe Valorrr a réalisé une percée en périphérie de Montréal, aucun dialogue n'a pour le moment été engagé entre l'entreprise de Portneuf et la Ville de Québec concernant la future usine de biométhanisation qui sera érigée à côté de la station d'épuration des eaux usées, près de la baie de Beauport.
«La Ville semble vouloir prendre le même chemin que la SEMECS pour être en contrôle du projet, croit Sylvain Trépanier. Est-ce qu'il y aura un appel d'offres pour qu'on puisse s'insérer? Je ne sais pas, mais si une ville au Québec met de l'avant un projet, il est certain que Biogaz EG va se pointer. Pour tous les projets qui répondent à nos critères et à nos valeurs, d'ailleurs, on souhaite se positionner activement.»