Avec des nappes à colorier, l'entrepreneure derrière BiMoo espère rendre l’heure du repas plus agréable pour les enfants de deux à huit ans, mais aussi pour les parents.
Avec des nappes à colorier, l'entrepreneure derrière BiMoo espère rendre l’heure du repas plus agréable pour les enfants de deux à huit ans, mais aussi pour les parents.

BiMoo: des nappes éducatives pour augmenter le plaisir de manger

Julie Blais a eu l’idée de BiMoo pour aider son fils de deux ans à manger au début de «la fameuse phase du non». Avec ses nappes à colorier, l’entrepreneure de Charlesbourg veut rendre l’heure du repas plus agréable pour les enfants, mais aussi pour les parents.

Destinées principalement aux enfants âgés de deux à huit ans, les nappes à colorier de BiMoo se veulent un outil d’apprentissage. «Elles rendent l’heure du repas plus agréable et enrichissante. Elles permettent d’augmenter le désir et le plaisir de manger, l’envie de communiquer et d’apprendre de nouvelles choses», affirme l’entrepreneure. Dix thèmes sont disponibles, soit la jungle, la ferme, la mer, les émotions, l’alphabet, les nombres, les légumes, Noël, la sécurité et les professions. Depuis avril, les nappes sont bilingues ou trilingues (français, anglais et espagnol).

Ses nappes en polyester recyclé sont certifiées OEKO-TEX, une certification qui assure que chaque composant du produit ne contient aucune substance nocive. «C’était important pour moi de développer un produit le plus écologique possible. Mes deux missions dans ce projet-là, c’est de valoriser les enfants et la planète», ajoute-t-elle. Pour les illustrations, elle a collaboré avec des artistes québécois, car elle voulait «valoriser les talents d’ici». 

En mars dernier, BiMoo a sorti de nouvelles nappes, dont une entièrement à colorier pour les enfants et une autre destinée aux adultes sur le thème du mandala. D’ailleurs, cette nappe est à l’essai dans une résidence pour personnes âgées. «Les aînés perdent leurs facultés motrices et cognitives, donc mes nappes peuvent les aider à ce niveau-là», dit-elle.

Mme Blais, technicienne comptable depuis 15 ans, a dû repartir à zéro quand elle a créé BiMoo en juin 2019. Elle y travaille désormais à temps plein. «Ce n’était pas mon domaine, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, mais j’ai toujours eu la fibre entrepreneuriale», reconnaît-elle.

Voir grand

L’entrepreneure ne le cache pas, la crise de la COVID-19 l’a affectée. Même si ses ventes en ligne du mois d’avril demeurent plutôt bonnes, Mme Blais a dû trouver des solutions. Au courant des prochains mois, elle s’est donné comme objectif de distribuer ses nappes dans les épiceries et d’augmenter ses points de vente dans les magasins à grande surface : «Avec la pandémie, ce sont des opportunités que j’essaie de saisir, puisque la vingtaine de boutiques avec lesquelles je faisais affaire ont fermé.»

Parmi ses 1001 autres projets, Mme Blais souhaite vendre ses produits à l’étranger. En mars dernier, elle a commencé un plan d’exportation avec le ministère de l’Économie et de l’Innovation, et aujourd’hui, elle confirme que les démarches vont bon train. Récemment, trois distributeurs européens l’ont contactée afin de distribuer ses nappes en France et en Belgique. Éventuellement, l’entrepreneure désire percer le marché américain. Et en juin, BiMoo sortira une gamme d’aimants multilingues (français, anglais et espagnol) composés d’illustrations et de mots, pour créer des jeux d’associations et de mémoire à l’intention des enfants.