Les températures glaciales du temps des Fêtes ont eu un impact important sur les stations de ski de la grande région de Québec, qui ont pour la majorité enregistré une baisse significative de l’achalandage par rapport à la même période l’an dernier.

Bilan de mi-saison de ski: miser gros sur les relâches scolaires

Entre temps glacial et redoux, chutes de neige et de pluie, les stations de ski de la grande région de Québec misent gros sur les relâches scolaires pour remonter la pente. La météo en montagne russe a jusqu’à maintenant affecté de façon significative certaines stations, qui ont enregistré de fortes baisses d’achalandage.

De façon unanime, les centres de ski Stoneham, Mont-Sainte-Anne, le Massif de Charlevoix, le Massif du Sud et le Mont-Orignal ont tous été affectés par les températures sibériennes du temps des Fêtes et les millimètres de pluie du début de mois de janvier. Parmi ces stations dont Le Soleil a pu recueillir des commentaires de leur représentant, toutes espèrent du beau temps et une hausse du nombre de skieurs lors des relâches afin de compenser les effets négatifs de la météo capricieuse. 

Au Massif du Sud, malgré une baisse de l’achalandage de l’ordre de 30 % à 40 % durant les Fêtes en raison du froid, c’est la pluie de la mi-janvier qui a fait de véritables dommages. 

«Normalement, on est une dump à neige. Mais avec les -30 et -40 degrés du temps des Fêtes, c’est pas évident», a laissé tomber le directeur général adjoint du centre de ski de Saint-Philémon, Luc Malovechko. 

Mais le coup de grâce est arrivé le 11 janvier, alors qu’il est tombé beaucoup plus de pluie que prévu. «Ça a croûté, tellement qu’il a fallu ressortir les canons à neige», a-t-il expliqué. L’enneigement était finalement complété le lendemain. 

Le hic, c’est qu’opérer des canons à neige «coûte un bras et une jambe» pour la station qui espère éponger les pertes enregistrées cette année par des semaines achalandées au mois de mars. 

«On n’a pas eu énormément de monde, mais on va se reprendre», a commenté M. Malovechko, qui rappelle que le début de saison avait été magnifique. Pas moins de 280 centimètres étaient tombés sur la montagne avant l’épisode de pluie de la mi-janvier. 

Du pareil au même

Dans les autres centres de ski, tous constatent aussi une baisse du nombre de skieurs et planchistes durant la période des Fêtes. 

«Ça a été une semaine de Noël catastrophique», a commenté le directeur général du Mont-Orignal, près de Lac-Etchemin. Les premières données indiquent une baisse de l’achalandage de l’ordre de 50 % pour la semaine de Noël et de 25 % pour celle du jour de l’An. 

«Oui, on enregistre une baisse, mais ce n’est rien qui ne peut pas être rattrapé», a aussi indiqué Geneviève Clavet, de Resorts of the Canadian Rockies (RCR), l’entreprise qui est propriétaire des stations Stoneham et Mont-Sainte-Anne.

Les grands froids, s’ils sont pointés du doigt pour expliquer cette diminution généralisée, n’ont pas eu d’impact majeur sur les opérations, a avancé Mme Clavet. 

Contrairement aux stations Bromont et Orford qui ont dû fermer en raison du froid, les activités des stations de la région n’ont pas été trop affectées par la demande de réduction de consommation d’énergie formulée par Hydro-Québec. 

Du côté du Massif de Charlevoix, on indique que la trentaine de centimètres reçus ces derniers jours permet d’offrir de meilleures conditions de glisse. Mis à part quelques sous-bois qui restent fermés pour le moment, la vaste majorité du domaine skiable est accessible aux amateurs.