Maxime Pouliot, directeur de production chez Pavage Abénakis, et sa soeur Caroline Pouliot, directrice des ressources humaines chez Pavage Abénakis, avec Frédéric Milliard, président de Techniflamme Combustion

Beauceville: Pavage Abénakis investit 3 millions $

Grâce à un investissement de 3 millions $ et aux équipements à la fine pointe de la technologie de Techniflamme Combustion, Pavage Abénakis implante et inaugure une nouvelle usine d'enrobage bitumineux dans le parc industriel de Beauceville.
«Cette centrale permet, lors de la fabrication de l'asphalte, une économie de 30 % des coûts de combustible, une diminution sonore de l'ordre de 20 % et une diminution des rejets environnementaux d'au moins 30 %», a indiqué le concepteur des installations et président de Techniflamme Combustion, Frédéric Milliard.
«Les économies monétaires seront appréciables, mais les procédés non polluants représentent également des avantages environnementaux non négligeables. Il faut aller vers ces solutions d'avenir», a dit le président de la compagnie ayant pignon sur rue à Richmond, lundi, lors de l'inauguration.
Pour sa part, Pavage Abénakis, et sa division Gestion Abénakis composée notamment de Maxime, Sébastien et Caroline Pouliot, a accordé sa confiance à l'entreprise québécoise qu'est Techniflamme Combustion. «En effet, nous aurions pu nous tourner vers les États-Unis pour avoir accès à semblable technologie, mais nous avons préféré opter pour un produit bien de chez nous et nous en sommes particulièrement fiers», fait valoir Maxime Pouliot, directeur de la production chez Pavage Abénakis.
Implantée en Beauce depuis les années 70, Pavage Abénakis a aussi la particularité d'être une entreprise de troisième génération.
«Il faut se positionner, oser, continuer à utiliser les meilleures pratiques», indique Maxime Pouliot, qui fait partie de la relève.
«Ces nouvelles installations nous permettront d'accroître la productivité, d'étendre notre activité et de rester compétitif sur le marché tout en assurant la pérennité de la compagnie d'asphaltage. Nous nous devons d'être toujours plus performants tout en fournissant un produit de qualité à moindre coût. Les émissions à effet de serre seront plus faibles et nous sommes capables de faire du recyclage mais, en bout de piste, nous pourrons offrir un produit final moins dispendieux et, dans ce secteur d'activité tout particulièrement, la compétition est toujours d'actualité. En pourcentage, parlons d'une baisse d'environ 7 % à 8 % par rapport à ce qui se fait normalement. Alors, indéniablement, c'est un avantage significatif», affirme le directeur de production.
Comme l'atteste la responsable des ressources humaines, Caroline Pouliot, le nouveau plan favorisera le maintien d'une trentaine d'emplois.