Carlos Leitao

Baisse du prix du pétrole: Carlos Leitão optimiste

Même si elle inquiète la Banque du Canada, la baisse du prix du baril de pétrole aura un impact plutôt positif sur les finances publiques du Québec, contrairement à ce qui pourrait se produire ailleurs au pays, réitère au Soleil le cabinet du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.
Autour du ministre Leitão, on n'hésite pas à répercuter - avec son autorisation - la confiance que lui-même affiche.
On indique tout de go et d'un trait que des prix plus faibles pour les produits pétroliers permettront «d'augmenter le revenu disponible des ménages et de soutenir la consommation», en plus «de réduire les coûts de production des entreprises plus consommatrices» de cette énergie fossile. Et donc, «d'accroître leurs profits».
Ils permettront aussi de «maintenir le dollar canadien à un niveau qui favorisera les exportations».
Autant d'éléments qui devraient permettre à l'État québécois de miser sur sa colonne de revenus. Excès d'optimisme?
«Un prix faible du pétrole va aider, dans une certaine mesure, à soutenir la croissance économique au Québec», réaffirme-t-on.
Au ministère des Finances, on ne voit par conséquent aucune nécessité de déroger au plan devant mener à l'atteinte du «déficit zéro» dès l'année financière 2015-2016.
Il faudrait, explique-t-on, que le prix du brut demeure bas au moins deux ou trois ans pour que la situation affecte les revenus que le Québec tire de la péréquation canadienne, par exemple.
Ces revenus s'établiront à 9,5 milliards $ en 2015-2016. L'administration publique fédérale l'a confirmé à Québec récemment.
Au sein du gouvernement québécois, on réfute donc les analyses voulant que la situation affectant de plein fouet l'Alberta menace le calendrier de retour à l'équilibre budgétaire.