La facture pour les vols de cuivre et d’acier chez Hydro-Québec a chuté de 2,2 millions $ entre 2016 et 2017, pour atteindre 757 533 $. Il s’agit du plus bas montant depuis l’année financière 2010, où 4,5 millions $ de métaux avaient alors été dérobés.

Baisse draconienne des vols chez Hydro-Québec

Bien que les vols de matériaux et d’équipements soient en légère hausse chez Hydro-Québec en 2017, la valeur des larcins a chuté d’environ 72 %, pour s’établir à 1,1 million $, a appris Le Soleil.

Selon des données obtenues en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, Hydro-Québec avait enregistré au 1er décembre 369 vols, comparativement à 352 en 2016 et 449 en 2015. 

Sans surprise, ce sont de nouveau les vols de métaux, dont le nombre est passé de 193 à 215 en l’espace d’un an, qui ont représenté la majorité des pertes financières pour la société d’État. Toutefois, en raison des nombreuses stratégies mises en place par Hydro-Québec pour décourager les voleurs, entre autres la mise à la terre des fils, la facture pour les vols de cuivre et d’acier a chuté de 2,2 millions $ entre 2016 et 2017, pour atteindre 757 533 $. 

Il s’agit du plus bas montant depuis l’année financière 2010, où 4,5 millions de dollars de métaux avaient alors été dérobés. Il est également important de mentionner que la valse du prix du cuivre a aussi probablement joué en faveur de la société d’État.

«Nous utilisons aujourd’hui plusieurs technologies afin de diminuer le nombre de vols, notamment pour avoir une meilleure surveillance. Lorsque c’est possible, nous utilisons de l’acier [le prix de revente étant plus bas] plutôt que du cuivre pour nos installations», indique en entrevue Louis-Olivier Batty, attaché de presse chez Hydro-Québec. «Nous collaborons aussi avec différents corps de police. Nous avons une diminution de près de 50 % des vols de métaux depuis 2010», poursuit-il, précisant que le nombre de chantiers menés par Hydro-Québec a été similaire au cours des dernières années.

5500 $US la tonne

À la Bourse des métaux londonienne (LME), le cours du cuivre oscillait aux alentours de 5500 $US la tonne en janvier dernier. Aujourd’hui, il se négocie à 7019 $US. Nous sommes toutefois encore loin de 2011 où le prix du cuivre avait franchi pour la première fois le seuil des 10 000 $US la tonne.

Pour son année financière 2017, Hydro-Québec indique avoir également été victime — au 1er décembre — de huit vols de véhicules pour une valeur totale de 62 804 $, de 24 vols d’équipements informatiques (18 843 $), de 95 vols d’outils et d’équipements (242 476 $) et de 27 vols de biens personnels appartenant à des travailleurs (14 629 $). Cette dernière catégorie a d’ailleurs été la seule à voir sa facture augmentée. En 2016, il y avait eu six méfaits. Le coût avait été de 4571 $.

Par ailleurs, au sujet du vol de temps par des employés, 15 travailleurs, comparativement à 35 l’an dernier, ont reçu des mesures disciplinaires en 2017. Pour différents motifs en lien avec le non-respect des obligations prévues au Code de conduite des employés, comme de l’insubordination, l’utilisation des biens de l’entreprise à des fins personnelles, le vol de temps et la négligence au travail, Hydro-Québec a réprimandé 206 travailleurs au cours des derniers mois, dont 188 ont été suspendus et 15 congédiés.

Pour le nombre d’employés contractuels ayant volé des heures, la société d’État indique ne pas détenir de document fournissant cette information. 

«Notez que nous mettons fin automatiquement au contrat pour tout cas de vol de temps d’employé contractuel», conclut la direction, dans sa réponse.