Avon coupe 2500 emplois et s'expatrie au Royaume-Uni

Le fabricant de cosmétiques américain Avon, spécialisé dans les cosmétiques vendus en porte-à-porte, a annoncé lundi supprimer 2500 emplois et transférer son siège au Royaume-Uni, après avoir cédé une grande partie de ses activités en Amérique du Nord.
Cette restructuration a pour but de lui faire économiser jusqu'à 70 millions $US (93 millions $) d'ici 2017, est-il précisé dans un communiqué, qui affirme que ce plan social touche différentes régions et divers métiers, sans détailler les zones affectées.
Environ 1700 postes vont être supprimés dès cette année, ce qui entraînera une charge de 60 millions $US (80 millions $) avant impôts dans les comptes au premier trimestre. L'essentiel de cette charge porte sur les indemnités de licenciement. Avon Products employait 28 300 personnes hors Amérique du Nord (États-Unis, Canada et Mexique) fin 2015.
À Wall Street, le titre bondissait de plus de 2 % dans les échanges électroniques post-séance.
Fiscalité sur les sociétés plus souple
Le groupe n'a pas donné de date exacte pour sa relocalisation au Royaume-Uni, pays à la fiscalité sur les sociétés plus souple qu'aux États-Unis. Il a juste dit que ceci se ferait dans le temps.
Avon va toutefois maintenir ses sites de Suffern et de Rye dans l'État de New York et continuera à être coté à Wall Street sur la plateforme d'échanges NYSE.
L'entreprise avait cédé 80,1 % de ses activités nord-américaines en décembre au fonds d'investissement Cerberus pour 170 millions $, dans le cadre d'un plan stratégique visant à économiser 350 millions $ et à redresser sa situation financière après trois ans de pertes continues.
Son action s'est effondrée en Bourse : elle s'échange désormais autour de 4 $ alors qu'elle valait encore 35 $ en 2010.