Autorisation de l'AMF: jusqu'à 40 jours d'attente

Avant même d'être couronné le plus bas soumissionnaire pour l'obtention du contrat de fabrication et d'installation de la structure d'acier, le Groupe ADF avait acheminé sa demande d'autorisation auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF).
«Ça doit faire trois ou quatre semaines de ça», a indiqué au Soleil, Jean-François Boursier, le chef de la direction financière de l'entreprise de Terrebonne.
Ce dernier a mentionné que l'AMF avait alors avisé qu'elle allait prendre 40 jours pour passer au crible la demande du Groupe ADF.
«Nous sommes encore à l'intérieur de ce délai de 40 jours», a reconnu M. Boursier qui partage toutefois l'inquiétude la Ville de Québec compte tenu des échéanciers «très serrés» dans lesquels le projet de construction de l'amphithéâtre chemine. «Tout retard va engendrer des coûts, c'est certain.»
Dès que l'entreprise aura obtenu la bénédiction de l'AMF, les choses devraient se précipiter. Il ne devrait suffire que d'une rencontre de «quelques heures» avec la Ville de Québec pour régler les derniers détails et signer le contrat.
«De notre côté, nous avons déjà entrepris quelques travaux préparatoires. Évidemment, nous allons attendre avant de faire les premiers achats d'acier.»
Aucun obstacle
Jean-François Boursier ne voit aucun obstacle pour le Groupe ADF à l'obtention de la certification de l'AMF.
Au départ, la Ville de Québec exigeait que tous les soumissionnaires montrent patte blanche et affichent leur certificat de bonne conduite de l'Autorité des marchés financiers. «C'était même spécifié dans l'appel d'offres», fait remarquer M. Boursier. «À un moment donné, la Ville a réalisé que personne ne serait en mesure d'obtenir la bénédiction de l'AMF à temps pour l'ouverture des soumissions. Elle nous a alors demandé de l'assurer que nous avions entrepris des démarches avec l'AMF», a-t-il expliqué.