Un premier encan d'automobiles de collection au Québec se déroule en fin de semaine dans le secteur Saint-Étienne de Lauzon à Lévis.

Un premier encan d'auto anciennes au Québec

Collectionneurs d'automobiles anciennes, l'homme d'affaires Jean-Guy Sylvain a décidé de mettre sur pied le premier encan d'automobiles anciennes au Québec. Il n'y a aucun encan du genre dans la province, selon lui. Le propriétaire de l'hôtel le Concorde a décidé de prendre le risque d'amener les collectionneurs dans la région afin de mettre la main sur une perle rare.
«Il faut toujours aller ailleurs comme aux États-Unis pour trouver quelque chose. C'est frustrant parce que le marché est petit. Ce n'est pas possible de trouver de nombreux véhicules dans un état satisfaisant, le marché est trop faible», souligne M. Sylvain.
Très nerveux vendredi matin, selon ses dires, au premier jour de l'encan qui se poursuivra jusqu'à dimanche à l'Exposition internationale d'autos de Lévis, M. Sylvain respirait mieux en mi-journée. «J'ai pris un gros risque avec l'encan. Jusqu'à maintenant, je suis très satisfait», avouait-il. «Il y a 300 ou 400 personnes cet après-midi, mais en fin de semaine on s'attend à recevoir 5000 ou 6000 personnes.»
Les acheteurs viennent de partout, confiait-il. Des États-Unis, de la France, de l'Afrique, de Dubaï, d'un peu partout au Québec et au Canada. «Nous avons embauché un encanteur des États-Unis parce que nous avons au moins 30 % d'Américains qui ont confirmé leur présence», continue M. Sylvain.
Un peu surpris de l'affluence, il note que le site de l'encan a généré plus de 9,4 millions de clics depuis sa mise en ligne il y a peu de temps. D'ailleurs, il prévoit qu'entre 10 et 15 % des ventes s'effectueront en ligne.
Selon lui, au moins 80 % des véhicules mis aux enchères devraient trouver preneur d'ici dimanche.