Une image numérique du Tomahawk qui sera présenté au Salon de l'auto de Montréal en janvier.
Une image numérique du Tomahawk qui sera présenté au Salon de l'auto de Montréal en janvier.

Un kit car 100 % québécois

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Ceux qui ont déjà osé l'aventure d'assembler un kit car le savent : ça prend énormément de temps. De 1500 à 2000 heures à temps perdu. Une jeune entreprise de la capitale propose une auto à assembler qui peut prendre que le huitième du temps. De surcroît, un véhicule de conception 100 % québécoise.
Dubuc Voiture Super Légère (ou Dubuc SLC pour Super Light Car) compte devenir la «référence» dans le monde des voitures en kit avec son Tomahawk, une auto sport à deux places avec moteur central - entre les roues arrière. Le résultat de huit ans de travail et de concepts différents qui ont été avancés.
«Trois projets [de kit car] sur cinq ne sont jamais complétés, parce que les propriétaires se découragent. C'est pour ça que nous proposons quelque chose qui sera facile à construire», affirme le pdg Mario Dubuc, qui a déjà assemblé des voitures en kit par le passé. 
La plupart du temps, une auto à assembler - ou kit car - consiste en une carrosserie qui peut être installée sur un châssis d'un modèle populaire déjà existant. Par exemple, des Honda Civic ou des Pontiac Fiero. Dans cette catégorie de voitures de construction artisanale, on voit souvent des répliques de Ferrari, de Lamborghini ou de Shelby Cobra, pour ne citer que celles-ci.
Dubuc SLC compte offrir son châssis monocoque tout en aluminium collé et boulonné - sans soudure - de 300 livres avec une carrosserie en polymère très légère. Le châssis est conçu pour y fixer la suspension et la direction d'une Corvette C4 et il est prépercé, prêt à recevoir le câblage et les dispositifs requis.
«Nous voulons aller chercher le meilleur ratio poids/puissance. Le Tomahawk est gros comme une Lamborghini, mais a le poids d'une Lotus», explique M. Dubuc, précisant que le bolide pèsera moins de 2000 livres une fois un moteur installé. Il assure aussi que l'habitacle est conçu de sorte qu'une personne de 6'3'' et de 275 livres soit confortable. 
Cet ensemble, qui comprend châssis et carrosserie, est offert à 19 995 $. Il reste à installer un moteur, souvent recyclé d'une automobile accidentée et retirée de la route. Pour un budget total de 30 000 $, M. Dubuc assure qu'une personne habile de ses mains peut construire son Tomahawk. Et une personne très habile peut le faire en 250 heures.
Le support de la colonne de direction, les portes s'ouvrant à un angle de 75 degrés, le pare-brise approuvé DOT, le toit Targa, la barre antiroulis et les glaces latérales font entre autres partie de la liste de composantes incluses dans l'ensemble. L'assemblage est aux frais de l'acheteur. 
Toutefois, l'entreprise n'a pas la certification de Transports Canada comme constructeur automobile. Légalement, Dubuc SLC ne pourra pas assembler les Tomahawk pour ses clients, mais pourra les référer à des assembleurs. 
Bolide électrique?
Le châssis de Dubuc SLC est conçu pour y installer un moteur à essence de quatre à huit cylindres. Mais il pourra aussi accueillir un moteur électrique.
M. Dubuc y a pensé dès le départ et il prévoit que la version électrique du Tomahawk devrait avoir un moteur triphasé, refroidi au glycol. «Si on veut faire le virage électrique, il faut le faire comme il le faut», déclare-t-il.
Il ajoute que son entreprise est en pourparlers avec TM4 afin de pouvoir tester un de ses moteurs électriques et ses systèmes de contrôle. Ce qui ferait du Tomahawk un véhicule électrique pratiquement 100 % québécois. «On a titillé le marché de l'électrique et on a été très surpris de la réponse obtenue. C'est certain qu'on se dirige aussi dans cette direction.»
Sans trop vouloir s'avancer, M. Dubuc a quand même révélé qu'il a dans les cartons un modèle polyvalent pouvant accueillir cinq occupants. «Ce serait un véhicule multisegment, un fun car, équipé pour partir durant une fin de semaine avec un peu de bagages et d'équipements», conclut-il.
Sur Internet: www.superlightcar.ca
*****
Le Tomahawk sera dévoilé au Salon de l'auto de Montréal
Mario Dubuc a assuré qu'il avait réservé sa place au prochain Salon international de l'auto de Montréal, en janvier, pour y faire le dévoilement au public du kit car Tomahawk. En ce moment, deux dessinateurs 3D travaillent sur leurs ordinateurs pour achever le design des deux voitures de démonstration qui seront complétées en décembre.
«Nous serons très bien positionnés au Salon, près des voitures de luxe, ajoute-t-il. Certains de nos acheteurs ou ceux qui ont réservé un ou deux Tomahawk feront le voyage en avion vers Montréal pour voir de plus près notre véhicule.»
Le pdg de Dubuc SLC affirme que seulement en annonçant son bolide à assembler dans eBay, il a réussi à obtenir une quarantaine de réservations. Les clients viennent principalement du Canada, des États-Unis et de l'Europe. En date de mercredi soir, plus de 5100 personnes avaient visionné l'annonce dans eBay. «Quelques-uns ont déjà donné un dépôt», ajoute M. Dubuc.