Selon le porte-parole de CAA-Québec, même si le gouvernement décide de devancer la date limite pour installer les pneus d’hiver, celle-ci ne sera pas adaptée à la réalité de toutes les régions.

Pneus d’hiver obligatoire le 15 novembre: pas une solution en soi selon les experts

Le projet du gouvernement Couillard d’imposer la pose de pneus d’hiver avant le 15 novembre plutôt que le 15 décembre ne réglera pas tous les problèmes selon CAA-Québec et des commerces spécialisés dans le domaine.

«La date, ça restera toujours imparfait. Par exemple, ceux qui font régulièrement Québec-Chicoutimi savent qu’il peut neiger en mai et en septembre dans le Parc des Laurentides», explique Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec.

Selon lui, si les automobilistes ont à retenir un chiffre, ce devrait davantage être celui de 7° C. «Quand la température descend régulièrement sous les 7 °C, c’est le temps d’installer les pneus d’hiver. C’est une question de logique et de gros bon sens. Chaque automobiliste devrait prendre la décision en se basant sur ses habitudes de conduite et les régions qu’il visite davantage qu’en se basant sur une date», poursuit-il.

M. Fortin estime donc que même si le gouvernement décide de devancer la date limite pour installer les pneus d’hiver, ce ne sera pas adapté à la réalité de toutes les régions.

C’est ce que croit également Jean-Guy Roy, directeur général du groupe Desharnais pneus et mécanique. «Je trouve ce projet de loi un peu farfelu. Ça n’aura pas d’impact à Québec, car ici, le 15 novembre, 80 % des gens sont chaussés adéquatement. Par contre, il y a souvent de 6 à 8 degrés d’écart entre Montréal et Québec, alors c’est inutile pour les régions à l’ouest de Drummondville où il neige beaucoup plus tard», affirme-t-il.

Nouveaux problèmes

Pour M. Roy, la logique serait plutôt de devancer la date au 1er décembre. «Car dans les ateliers de pose, si on bouscule les consommateurs, ce sera plus difficile. Bon an, mal an, les gens commencent à faire installer leurs pneus d’hiver le 15 octobre. Si la limite est fixée au 15 novembre, ça veut dire qu’on aura maintenant seulement un mois pour chausser tout le parc automobile du Québec? Ça risque de créer de nouveaux problèmes pour les entreprises et les clients...»

Marie-Julie Mercier, directrice du marketing chez Pneus Ratté, pense elle aussi que la nouvelle loi n’est pas une solution en soi. Elle estime tout de même que la mesure mérite d’être évaluée. «Ça fera changer la dynamique d’une saison, mais il y a beaucoup de choses qui font bouger une saison, à commencer par la température.»

Mme Mercier prône aussi l’installation des pneus d’hiver dès que la température atteint les 7 °C. «Tous les marchés ne sont pas pareils, par exemple Montréal et le Lac-Saint-Jean. Je suggère souvent de les mettre à l’Action de grâce. Dès qu’il fait 7 °C, il n’y a aucun problème à mettre des pneus d’hiver. Ça n’endommage pas la semelle», assure-t-elle.

Quant à la traditionnelle période d’achalandage pour la pose des pneus d’hiver, Mme Mercier croit qu’elle sera probablement devancée, mais insiste sur l’importance de la prévention. «Il est important que le client comprenne qu’il ne faut pas attendre la première neige pour faire installer ses pneus. Je crois que la réponse réside dans l’éducation plutôt que dans la réaction», conclut-elle.