La solution proposée par Ecotuned consiste en un système universel pouvant être installé sur des camions légers des classes 2 à 4 ou des fourgons. La firme assure que son système est interchangeable et qu’il aura une durée de vie d’un million de kilomètres.

Électrifier un camion, une mission possible pour Ecotuned Automobile

CHRONIQUE / En attendant que les constructeurs automobiles offrent une version électrifiée — tout électrique ou hybride rechargeable — de leurs camions, il faut se tourner vers d’autres entreprises qui se spécialisent dans la conversion de tels véhicules.

Ecotuned Automobile, une jeune pousse québécoise qui a vu le jour en 2011, propose un système de conversion universel pouvant être installé sur des camions légers des classes 2 à 4, comme les Ford F-150 à F-450. Bien que ses premiers prototypes ont été installés sur des F-150, le système pourra très bien être installé sur des camions de marques concurrentes, comme les Chevrolet Silverado, les GMC Sierra ou les RAM 1500.

Les fourgons ne sont pas en reste. Récemment, Ecotuned a fait la conversion d’un fourgon Ford Econoline (Série E) pour un marchand IGA de Québec.

La firme propose un système universel et interchangeable ayant une durée de vie de 1 million de kilomètres. «Il peut être réutilisé jusqu’à trois fois», explique Andy Ta, pdg d’Ecotuned Automobile.

L’autonomie prévue se situera entre 100 et 225 km, selon la batterie choisie (45 ou 90 kWh). La recharge prendra de 6 à 12 heures avec une borne de niveau 2 (240 volts) ou 1 heure en niveau 3 (bornes rapides de 400 V).

Le coût d’acquisition d’un tel système n’est toujours pas dévoilé. M. Ta affirme que certains détails sur le plan de l’approvisionnement restent à être réglés. Cependant, il assure qu’il représentera un «avantage financier par rapport au véhicule à essence» et que le retour sur l’investissement se fera en-dedans de deux ans. «Si on aligne toutes les factures d’essence qu’on n’a plus à payer, soit environ 3000 à 4000 $ par année, qui est un chiffre très conservateur», ajoute M. Ta.

La conversion peut se faire sur des véhicules neufs, mais Ecotuned propose plutôt de convertir les véhicules dont la garantie de base du constructeur est échue. «Souvent utilisés dans des parcs, ces camions ne valent pas la même chose qu’un camion d’un particulier après trois ou quatre ans», déclare l’entrepreneur, en citant des résultats de vente à l’encan de véhicules gouvernementaux.

Le délai pour une conversion est évalué à une semaine.

Une longue route

M. Ta ajoute que la conversion d’un véhicule standard vers l’électricité n’est pas aussi facile qu’on peut le croire. «Nous sommes la première firme à avoir l’autorisation de la SAAQ [Société de l’assurance automobile du Québec] pour faire de la conversion. C’est le fruit d’un long travail d’ingénierie depuis 2011. Nous avons eu l’autorisation qu’en janvier dernier. Pour répondre aux exigences de la SAAQ, il faut que la conversion n’atténue pas la sécurité du véhicule original : les coussins gonflables, les systèmes d’anticollision, d’antipatinage et d’antidérapage.»

Il vient tout juste de signer un bail pour une usine 15 postes de travail à Varennes, qui sera ouverte au printemps. Ecotuned vise une cadence de production de 1000 véhicules par année à son usine, équipée d’outils conventionnels qu’on retrouve dans tous les garages.

Cette approche fait aussi partie du modèle d’affaires de la firme qui souhaite éventuellement confier la conversion à des garages accrédités dans le reste du Canada et aux États-Unis. Ecotuned estime le marché potentiel à 1 million de véhicules en Amérique du Nord.