Auto

Essai-éclair: Tesla Model 3 2018

MONTRÉAL — Triste d’être obligé de passer par des propriétaires de Tesla afin de pouvoir essayer leurs produits. Mais c’est de cette façon dont le constructeur de véhicules électriques de Palo Alto, en Californie, a décidé de procéder.

Alors, grâce au Club Tesla Québec et surtout à Dan Nainan, humoriste de New York, Le Soleil a pu conduire une Tesla Model 3, au Salon du véhicule électrique de Montréal (SVEM). Fort sympathique, ce dernier s'est prêté aimablement au jeu, profitant même du moment pour valider si son français était bien... Vous n'avez pas à vous inquiéter, M. Nainan.

Revenons à l'essence du sujet. Il aura fallu presque trois ans à M. Nainan avant qu'il reçoive sa Tesla Model 3 rouge. «Je l'ai commandée le 31 mars 2015 et je l'ai reçue le 22 janvier 2018», dit-il. «Et même si Tesla dit qu'elle peut coûter que 35 000 $US, la mienne a coûté 51 000 $US. Mais ma Model S m'avait coûté 90 000 $US.» 

En passant, Tesla livre en premier les Model 3 commandées avec le plus d'équipement à bord. Ceux qui ont commandé la version «de base» devront s'armer de patience.

En ce moment, lorsqu'on fait une réservation sur le site de Tesla — moyennant un dépôt de 1000 $ —, il est indiqué que le délai d'attente est de 12 à 18 mois.

Intérieur minimaliste

D’abord, on reste impressionné du design minimaliste de l’habitacle après s’y être introduit avec une simple carte à puce. Cette même carte sert à faire démarrer la Model 3 en la laissant à un endroit précis sur la console centrale. Toutefois, une application mobile fait le même travail. 

Ensuite, la quasi-absence de boutons sur le tableau de bord. Il ne reste que le bras de vitesse et des clignotants. Tout est contrôlé par l’écran central. Les appliques en similibois rappellent celles dans l'habitacle de la BMW i3. Fort joli, mais il y a fort à croire que ça ne doit pas plaire à tous.

Main de fer dans un gant de velours

Ayant pratiquement le même gabarit qu'une Honda Civic, la Model 3 se veut une berline compacte très confortable. Sur la route, les quelques kilomètres (entre cinq et sept) parcourus se sont faits dans une douceur et un silence incomparable. 

On pourrait aisément dire que la Model 3 est une main de fer dans un gant de velours. Les accélérations sont très bien senties. Tesla parle d'un temps de 5,4 à 5,9 secondes pour faire le 0 à 100 km/h. 

Plus lent que la Model S, mais assez pour rendre nerveux le commun des mortels. M. Nainan a candidement avoué qu'il a pu pousser sa Model 3 jusqu'à 130 milles à l'heure (un peu plus de 200 km/h).

Au chapitre de l'autonomie, M. Nainan a affirmé qu'il pouvait rouler 310 milles (498 kilomètres) avec une seule charge.

Il nous reste à souhaiter un autre essai plus long...

+

Auto

Turo veut «réinventer l’autopartage»

CHRONIQUE / Dans la foulée des plates-formes découlant de «l’économie du partage», l’automobile n’est pas en reste. Lancée depuis plus de huit ans aux États-Unis et deux ans au Canada, Turo propose une expérience différente et aussi une façon de partager les coûts d’acquisition d’une voiture.

Et cette expérience profite tant aux locataires d’automobiles qu’à ceux qui louent leurs véhicules, si l’on en croit Cédric Mathieu, directeur de Turo pour le Canada.

Auto

Autobus Lion prépare un minibus électrique

MONTRÉAL — Bien connue pour ses autobus scolaires électriques aux pare-chocs bleus, la Compagnie Électrique Lion prépare un modèle de minibus électrique, le eLionM.

«Le prototype sera complété à la fin du mois et les premiers tests commenceront en mai», affirme Virginie Dumoulin, directrice du marketing pour la Compagnie Électrique Lion, rencontrée lors du Salon du véhicule électrique de Montréal (SVEM) vendredi.

Auto

2000 bonnes raisons d’acheter une voiture électrique à Laval

MONTRÉAL —Vendredi dernier, le maire de Laval, Marc Demers, a annoncé lors de l’inauguration officielle du Salon du véhicule électrique de Montréal (SVEM) que sa ville offrira à ses citoyens une aide financière de 2000 $ à l’achat — uniquement — d’un véhicule électrique.

Cette aide est applicable à tout achat fait à partir de vendredi dernier et s’ajoute au rabais gouvernemental de Québec offert après les taxes. La Ville de Laval a aussi annoncé la même mesure pour l’achat de vélos électrique avec une aide se chiffrant à 400 $. 

«La Ville de Laval est fière d’être, je le pense, la première ville au Canada à offrir une subvention [pour] l’acquisition d’un véhicule électrique», a-t-il déclaré sous les applaudissements, prenant la parole après le premier ministre Philippe Couillard qui a annoncé l’ajout de 1130 bornes de recharge au Québec. 

M. Demers a précisé que le comité exécutif adoptait la résolution «en son absence» au moment même où il s’adressait à la foule. «Les gens sont éligibles à cette subvention à compter de 9h ce matin [vendredi]», a-t-il fièrement annoncé. 

M. Labeaume, à quand une telle mesure dans la capitale? Avec La Presse Canadienne 

Auto

L’Aston Martin de Daniel Craig vendue 468 500 $US à New York

NEW YORK — L’Aston Martin personnelle de l’acteur Daniel Craig, qui incarne à l’écran un autre amateur du constructeur britannique, James Bond, a été vendue vendredi 468 500 $US (597 500 $) lors d’une vente organisée par Christie’s à New York.

Le prix s’est inscrit plutôt dans le bas de la fourchette d’estimation donnée par la maison d’enchères avant la vente, soit entre 400 000 et 600 000 $US (510 000 et 765 000 $). Le produit de la vente ira à l’ONG The Opportunity Network, coprésidée par Daniel Craig et sa compagne, l’actrice Rachel Weisz. L’association soutient financièrement des jeunes issus de minorités pour leur permettre de développer leurs connaissances et leur formation. 

L’acteur britannique a fait une apparition-surprise lors de la vente et s’est même joint à l’équipe de Christie’s, parlant à un client pour lui demander de surenchérir. Le modèle, nommé Centenary Vanquish et dont la vitesse de pointe est d’environ 290 km/h, a été fabriqué à 100 exemplaires seulement en 2014 pour célébrer le centenaire d’Aston Martin. Le modèle de Daniel Craig avait, évidemment, le numéro 007. 

«Ce n’est pas une voiture de film», avait expliqué Becky MacGuire, responsable de la vente organisée vendredi, lors de la présentation du véhicule. «Elle est prête pour la route.» 

Daniel Craig l’a utilisée avec modération, car elle affiche moins de 2000 km au compteur.

Auto

EV World Tour: un tour du monde pour changer les choses

CHRONIQUE / En France, il n’est pas illégal de convertir un véhicule à essence à l’électricité. Sauf qu’il est illégal de l’immatriculer, alors qu’il est tout à fait légal de le faire dans les pays européens voisins.

C’est pour cette raison que Rémi Pillot, ingénieur, et Alexandra Perfettini, architecte, entreprendront un voyage autour du monde qui les mènera dans 30 pays sur une distance de plus de 50 000 kilomètres.

Auto

Nouveau patron pour sortir VW du dieselgate

WOLFSBURG — Le nouveau patron du géant allemand de l'automobile Volkswagen (VW) a promis d'intensifier ses réformes pour conduire le groupe vers la mobilité du futur, et laisser les ravages du dieselgate dans le rétroviseur.

«Il s'agit d'approfondir le changement, et pas d'une révolution», a d'emblée fait savoir Herbert Diess lors de sa première conférence de presse en tant chef du mastodonte mondial du secteur, vendredi à Wolfsbourg.

Auto

Essai-éclair: Lexus IS 350 AWD 2018

Cette berline compacte de luxe n’a pas à rougir devant ses concurrentes allemandes, américaines ou japonaises. Dynamique, confortable et précise, on y trouve les mêmes qualités que dans des modèles équivalents chez BMW, Mercedes-Benz ou Audi.

Jumelez ça avec la légendaire fiabilité des produits Toyota, il s'agit d'un produit très compétitif.

La traction intégrale — la IS 250, elle ne compte que sur la propulsion — confère à l’IS 350 une assurance à la conduite.  

En termes de motorisation, trois options s'offrent sur la IS : soit un quatre-cylindres turbo de 2,0 litres de 241 chevaux sur la IS 250 à propulsion; un V6 de 3,0 litres de 255 chevaux sur la IS 300 à traction intégrale; et enfin le V6 de 3,5 litres de 306 chevaux sur la IS 350, comme nous avons essayé.  Même avec un tel moteur, on ressent quelques lenteurs lors d’accélérations un peu plus musclées.

Malgré tout, on peut prétendre que la IS est une excellente routière.

Quatre adultes y trouveront leur compte aisément, malgré un accès à l’arrière quelque peu ardu pour les grandes personnes. Une troisième personne à l’arrière risque d’être un peu inconfortable, en raison de la bosse du rouage d’entraînement.

Quant à son allure générale, on aime ou on n’aime pas. Elle a l'avantage de bien se démarquer de la concurrence avec sa calandre en forme de sablier, signe distinctif de la marque. 

Évidemment, un modèle de ce calibre se doit d'être pourvu de caractéristiques de sécurité active, telles que le système de précollision, le régulateur de vitesse dynamique à radar (ou adaptatif) et le système d'avertissement de sortie de voie avec assistance à la direction. Prochaine étape? La conduite autonome ou semi-autonome? Attendez-vous à ce que ça arrive d'ici quelques années. 

Enfin, la souris du système d’infodivertissement nous laisse pantois. Elle peut faire rager un peu, car elle est très sensible. La manipulation pour choisir ses options dans le système — que ce soit pour choisir sa musique, la navigation, etc. — requiert un certain doigté qui risque nuire à la concentration lorsqu'on conduit.

Auto

Enspire: un premier VUS tout-électrique pour Buick?

La division chinoise de Buick a annoncé le 8 avril qu’un nouveau concept de VUS tout-électrique, l’Enspire, sera lancé mondialement lors de la Nuit de la marque Buick, le mardi 17 avril, à Wuzhen, dans la province du Zhejiang.

Le Buick Enspire fera également son apparition au Salon de Pékin, qui se tiendra plus tard ce mois-ci. Très peu d’information au sujet de ce modèle à part d’une photo de l’arrière du véhicule trouvée dans le site chinois de Buick pour les médias. 

Buick a vendu plus de 9 millions de véhicules en Chine depuis son arrivée en 1998.

Auto

Bentley électrifie son Bentayga

Le constructeur britannique Bentley entre dans l’électrification de ses modèles en proposant la version hybride rechargeable de son VUS de grand luxe, le Bentayga.

La principale différence par rapport aux autres versions du Bentayga, c’est la mise sous le capot d’un moteur V6 suralimenté de 3,0 litres, alors que le moteur W12 et les V8 à essence ou diesel avaient droit de cité dans ce VUS. 

Peu d’informations ont filtré quant au moteur électrique et la capacité de la batterie, mais Bentley promet une autonomie de 50 km en mode électrique en cycle NEDC (pour Nouveau cycle européen de conduite). 

Ne laissant rien au hasard au chapitre du design, Bentley a aussi fait appel au célèbre designer Philippe Starck pour concevoir l’unité de recharge destinée aux clients du Bentayga Hybrid, le Power Dock Bentley by Starck. 

«Minimaliste et élégant, le Power Dock vise à protéger et organiser les câbles de recharge. Grâce à cette œuvre d’art fonctionnelle qui s’intègre parfaitement à tous les intérieurs, recharger sa voiture hybride devient un geste luxueux», peut-on lire dans le communiqué de Bentley, qui précise que la vente dans certains marchés se fera à partir du second semestre de 2018.