Le palais de justice de Québec

Assentri accuse des employés de l'avoir détroussée

Une nouvelle tuile vient de tomber sur la tête des promoteurs du coffre-fort virtuel qu'Assentri préparait pour la Ville de Québec. L'organisation aurait perdu de l'argent, en plus de s'être fait subtiliser des secrets.
Déjà que le projet n'a jamais vraiment décollé, trois employés sont maintenant poursuivis en Cour supérieure par Assentri et le consortium Ebee pour près d'un demi-million de dollars.
Dans la requête, dont Le Soleil a obtenu copie, Assentri et Ebee reprochent à Rino Dumont, Yahya Baby et Amine Abelwahab Lahlou un manque de loyauté envers leur employeur, d'avoir fait perdre à la compagnie près de 400 000 $ en détournant des propriétés intellectuelles et des contrats par l'entremise d'une compagnie nommée Covinno, qui sous-traitait les contrats pour beaucoup moins cher au Maroc et en Inde. On prétend aussi que les employés auraient détourné des fonds et des connaissances à leur profit et des ressources intellectuelles sans autorisation par l'entremise Covinno, qui faisait des profits, alors que les employés étaient payés par Assentri et Ebee.
Rino Dumont a été démis de ses fonctions en septembre 2012. Yahya Baby et Amine Abelwahab Lahlou sont suspendus pendant qu'on mène une enquête. Amine Abelwahab Lahlou a été congédié le 24 octobre 2012 alors que Yahya Baby a remis sa démission le 9 octobre.
Dans la poursuite déposée en juillet, outre le montant de 397 107,97 $, Assentri et Ebee réclament 100 000 $ à titre de dommages exemplaires.
DÉSISTEMENT
Toutefois, le 29 mars 2016, Solutions Assentri a choisi de se désister des procédures contre Yahya Baby.