Application Quench: 30 verres par mois pour 10$

Quench débarque à Québec.

S’autoproclamant le «Netflix du cocktail», Quench est une application téléchargeable sur l’App Store d’Apple et le Play Store de Google.

Pour la somme de 10 $ par mois, elle donne droit à une consommation par jour dans un bar participant, soit un cocktail ou une bière de microbrasserie.

Le consommateur n’a pas un minimum d’alcool à boire pour bénéficier de la gratuité. «Tu peux prendre un verre et t’en aller», fait-on valoir sur le site Internet www.quenchclub.ca.

Près d’une vingtaine d’établissements de la capitale font partie des participants, dont L’Inox, les Cosmos, le Blaxton et Le Jack Saloon.

L’application a été commercialisée l’an dernier à Montréal sous le nom de Presto MTL. Elle s’appelle maintenant Quench.

Dans un communiqué de presse, l’entreprise fait valoir que l’application compte aujourd’hui près de 10 000 utilisateurs.

Les deux cofondateurs, Karl-Javid Lalonde-Dhanji et Nasre Sadik veulent conquérir l’ensemble du marché canadien avant l’été 2019.

«La réponse a été très positive de la part des bars de la capitale et on pense avoir autant, sinon plus de succès avec les habitants de Québec qui sont très in côté techno», avancent-ils.

Une plainte à la Régie des alcools, des courses et des jeux

«C’est parfaitement illégal de donner de l’alcool gratuitement», a indiqué le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy.

«Cette application, nous la connaissons bien», a-t-il ajouté au sujet de Presto MTL devenue Quench. «Le Conseil d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcooliques a même déposé une plainte contre elle à la Régie des alcools, des courses et des jeux», a souligné M. Sacy au Soleil.

Effectivement, dans son rapport 2017, le conseil d’éthique fait valoir que «l’application Presto a conclu une entente avec plusieurs établissements licenciés de la région de Montréal. L’application indique qu’il suffit de présenter son téléphone portable dans laquelle elle est installée pour réclamer une consommation gratuite, moyennant un abonnement de 9,99 $ par mois.

Le Conseil a soumis le dossier à la Régie des alcools, des courses et des jeux, cette pratique, en plus d’être contraire aux normes d’éthique, étant totalement illégale.»

Il a été impossible de savoir, vendredi en fin d’après-midi, si la régie avait terminé ou non l’examen de la plainte déposée par le Conseil d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcooliques.