Amazon parie sur la livraison en 24 heures malgré les coûts

SAN FRANCISCO — L’investissement consenti par Amazon pour offrir à ses abonnés nord-américains une livraison en 24 heures coûte cher au géant du commerce en ligne, dont les résultats financiers du deuxième trimestre ont déçu.

Le groupe a réalisé un bénéfice net de 2,6 milliards de dollars pour la période d’avril à juin, à peine supérieur aux 2,5 milliards d’il y a un an et inférieur aux attentes du marché, a-t-il annoncé jeudi.

«La livraison en un jour est désormais disponible pour les abonnés de Prime sur plus de dix millions de produits, et ce n’est qu’un début», s’est félicité Jeff Bezos, patron fondateur d’Amazon, cité dans un communiqué.

Mais les investissements nécessaires pour proposer cette livraison rapide ont coûté à Amazon une réduction de sa marge, selon Charlie O’Shea, analyste chez Moody’s.

Il a noté cependant que c’était «un coût à court terme qui sera payant sur le long terme, et nécessaire stratégiquement pour offrir un avantage compétitif aux consommateurs par rapport à la distribution en dur».

Le bénéfice par action d’Amazon est ressorti à 5,22 dollars, très inférieur aux attentes des analystes. Le titre perdait plus de 2 % lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York.

Malgré la déception du marché, les analystes saluaient la décision de Jeff Bezos d’investir dans la livraison ultrarapide.

«Les grandes surfaces traditionnelles comme Walmart et Target ont accéléré leurs efforts au niveau de la vente en ligne et elles ont l’avantage de pouvoir offrir la livraison en magasin, pour les consommateurs qui veulent récupérer leurs achats rapidement», a relevé Neil Saunders, directeur de GlobalData Retail.

Selon lui, «Amazon n’a pas vraiment cette possibilité, donc il était obligé de répliquer en offrant une livraison plus rapide gratuitement».