Le transporteur rapporte lundi qu'il a essuyé des pertes de 1,05 milliard $ lors des trois premiers mois de l'année alors qu'un an plus tôt, il avait dégagé un bénéfice net de 345 millions $.
Le transporteur rapporte lundi qu'il a essuyé des pertes de 1,05 milliard $ lors des trois premiers mois de l'année alors qu'un an plus tôt, il avait dégagé un bénéfice net de 345 millions $.

Air Canada: pertes de plus de 1 milliard $ au premier trimestre

Air Canada a plongé dans le rouge au premier trimestre en raison de la pandémie de COVID-19, qualifiée de «période la plus sombre de toute l'histoire de l'aviation commerciale» par le président et chef de la direction du transporteur aérien Calin Rovinescu.

«Nous prévoyons actuellement qu'il faudra au moins trois ans pour revenir au niveau de 2019 en ce qui a trait aux revenus et à la capacité», a-t-il souligné, lundi, par voie de communiqué.

Pour la période de trois mois terminée le 31 mars, l'entreprise établie à Montréal a affiché une perte nette de 1,05 milliard $, ou 4 $ par action, par rapport à un profit de 345 millions $, ou 1,26 $ par action, à la même période il y a un an.

Ce résultat est notamment attribuable à une perte de change de 711 millions $.


« Nous prévoyons actuellement qu'il faudra au moins trois ans pour revenir au niveau de 2019 en ce qui a trait aux revenus et à la capacité »
Le président et chef de la direction d'Air Canada, Calin Rovinescu

Sa perte d'exploitation s'est chiffrée à 433 millions $, alors que le plus important transporteur aérien au pays avait généré un bénéfice de 127 millions $ au premier trimestre de l'exercice précédent.

Les revenus d'exploitation ont été de 3,72 milliards $, en recul de 16 %, ce qui met fin à une séquence d'environ huit années de croissance.

M. Rovinescu a rappelé que les effets du nouveau coronavirus avaient commencé à se faire sentir à travers l'industrie mondiale du transport aérien à la fin janvier, avec la suspension des services à destination de la Chine par nombre de transporteurs, dont Air Canada.

L'incidence s'est nettement accentuée au mois de mars alors que les frontières se sont fermées à travers le monde afin de freiner la propagation de la COVID-19.

«Nous avons dressé un plan visant à gérer un ralentissement prolongé, car nous savons que la pandémie aura des répercussions importantes aussi bien sur la demande passagers que sur la trésorerie à court et à moyen terme», a souligné M. Rovinescu.

Air Canada a réduit sa capacité pour le deuxième trimestre de 85 % à 90 % par rapport à la même période l'an dernier, tandis que la capacité du troisième trimestre devrait être comprimée d'environ 75 %. L'entreprise accélérera également le retrait de 79 appareils plus anciens, notamment afin de simplifier sa flotte et réduire ses coûts.

En excluant les éléments non récurrents, la perte ajustée d'Air Canada a été de 392 millions $, ou 1,19 $ par action, au premier trimestre, comparativement à un bénéfice ajusté de 17 millions $, ou 6 ¢ par action, il y a un an.