Affaires Express

Le déficit commercial du Canada rétrécit en juin

La hausse des exportations, tirée par les produits énergétiques à prix plus élevés, a permis au Canada de faire fi des nouveaux tarifs américains sur les marchés de l'acier et de l'aluminium en juin pour afficher le plus faible déficit commercial mensuel en 17 mois. L'écart entre les exportations et les importations du Canada est passé de 2,7 milliards $ en mai à 626 millions $ en juin, le plus faible déficit depuis janvier 2017, alimenté par une augmentation de 4,1% des exportations totales, a indiqué vendredi Statistique Canada. Les analystes sondés par Thomson Reuters Eikon s'attendaient à un déficit commercial de 2,3 milliards $. «Nous pensions que les tarifs de l'acier et de l'aluminium seraient l'histoire du rapport commercial de ce matin, mais la forte croissance des exportations dans la plupart des autres secteurs a submergé l'impact de ces nouvelles obligations», a déclaré Josh Nye, économiste principal chez Recherche économique RBC. Benjamin Reitzes, stratège tarifaire et macroéconomique canadien chez BMO Marchés des capitaux, a souligné dans une note que les exportations de produits de métaux du Canada ont diminué de 1,1% en juin par rapport à mai, ajoutant que les exportations d'acier ont diminué de 14,3% par rapport à juin 2017 et les expéditions d'aluminium ont augmenté de 10,2%. «Conformément à la dynamique de l'offre, l'impact semble être plus important sur l'acier que sur l'aluminium, mais dans l'ensemble, l'impact semble jusqu'ici minime», a-t-il affirmé. Les exportations vers les États-Unis, principal partenaire commercial du Canada, ont augmenté de 2,5% pour atteindre un sommet inégalé de 37,1 milliards $. Les importations en provenance des États-Unis ont légèrement progressé de 0,3% en juin pour se situer à 32,9 milliards $. Les importations totales du Canada ont diminué de 0,2% en juin, à 51,3 milliards $.

+++

Power Corporation affiche un profit net en léger recul 

Power Corporation a affiché vendredi un profit net en léger recul au deuxième trimestre en dépit d'un bénéfice net ajusté de la Financière Power présenté comme «le plus élevé de son histoire». L'apport au bénéfice du conglomérat québécois du Fonds d'investissement Sagard et autres filiales et placements a été négatif pour ce trimestre clos le 30 juin. Le bénéfice net et le bénéfice net ajusté de Power Corporation se sont chiffrés à 347 millions $, ou 75 cents par action, au deuxième trimestre de 2018, par rapport à un bénéfice net de 350 millions $, ou 75 cents par action, et à un bénéfice net ajusté de 401 millions $, ou 86 cents par action, en 2017. Pour ce qui est de la société de portefeuille Financière Power et ses filiales Great-West Lifeco et la Société financière IGM, le bénéfice net et le bénéfice net ajusté se sont élevés à 658 millions $, ou 92 cents par action. Les pertes sur les placements de la division de Power «Fonds d'investissement Sagard, China AMC et autres placements» ont été de 15 millions $, alors qu'un an plus tôt, elle avait engrangé des bénéfices de 66 millions $. Les autres filiales, qui comprennent notamment le Groupe de communications Square Victoria - l'entité qui regroupait encore au 30 juin les médias comme le journal La Presse, qui doit devenir un organisme à but non lucratif (OBNL) distinct -, ont perdu 71 millions $, soit 1 million $ de moins qu'il y a un an.