Charles A. Jeannes, président de Goldcorp

Acquisition d'Osisko: le géant Goldcorp garde espoir

Intéressé par le gisement d'or exploité par Osisko à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue, le géant aurifère Goldcorp avait déposé, le 14 janvier, une offre de 2,6 milliards $ pour acquérir la minière québécoise. Après un peu plus de deux semaines d'attente, le président et chef de la direction de Goldcorp, Charles A. Jeannes, croit toujours fermement en leurs chances, et ce, malgré le fait que le C. A. d'Osisko considère l'offre comme «hostile» et «opportuniste».
«C'est l'un des meilleurs territoires miniers au monde», a indiqué Charles A. Jeannes.  «Tant d'un point de vue financier que stratégique, l'offre déposée représente une transaction qui comporte un fort potentiel, et les effets en seront que positifs pour la province.»
Pourquoi Osisko? «Nous avons suivi attentivement son évolution depuis cinq ans, et la mine Canadian Malartic nous impressionne par son travail et sa production. Nous souhaitons investir au Québec. Nous croyons que Québec est l'un des endroits par sa juridiction parmi les plus favorables dans le monde pour faire du commerce minier»,  a souligné le pdg de l'entreprise de Vancouver lors d'une entrevue téléphonique quelques jours avant qu'Osisko s'adresse à la Cour supérieure du Québec pour interdire à Goldcorp la poursuite de son offre non sollicitée.
Quatre revers
Depuis 2008, Goldcorp a essuyé pas moins de quatre revers de la part de la direction d'Osisko. Si cette dernière offre se concrétise d'ici le 19 février à
17h, les actionnaires d'Osisko recevront 0,146 d'une action de Goldcorp ainsi que 2,26 $ comptant pour chaque action détenue.
Le montant offert représente une contrepartie totale de 5,95 $ par action d'Osisko. Ce chiffre est toutefois inférieur de 62 % au sommet historique de 15,79 $ du titre atteint en novembre 2010. Si l'offre est refusée, a-t-il un plan B? «Je ne peux pas répondre pour le moment, mais c'est certain que nous resterons à l'affût des opportunités», a souligné Charles A. Jeannes.  
La Corporation Minière Osisko a annoncé hier qu'elle avait déposé auprès des autorités canadiennes de réglementation des valeurs mobilières sa circulaire des administrateurs et commencé son envoi postal en réponse à l'offre publique d'achat présentée par Goldcorp. La circulaire des administrateurs contient la recommandation unanime du conseil d'administration d'Osisko, suivant la recommandation du comité spécial des administrateurs indépendants et l'avis de ses conseillers financiers et juridiques, faites aux actionnaires, de rejeter l'offre et de ne pas déposer leurs actions d'Osisko en réponse à l'offre de Goldcorp.  
Parmi les principales raisons pour lesquelles le conseil recommande de rejeter l'offre, on trouve notamment celle-ci : l'offre de Goldcorp ne reconnaît pas la valeur stratégique de l'action de calibre mondial d'Osisko.
La mine Canadian Malartic est une mine d'or de calibre mondial, à grande échelle, et ayant des coûts inférieurs par rapport à plusieurs des actifs en exploitation détenus par les cinq plus importants producteurs aurifères situés en Amérique du Nord.
Goldcorp exploite une douzaine de mines d'or dans les Amériques, dont aux États-Unis, au Mexique et en Argentine, en plus de ses nombreuses activités d'exploitation. Au courant de l'année 2014, le développement d'un gisement d'envergure, Éléonore, dans le Nord-du-Québec devrait débuter.