La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, est convaincue de pouvoir aller de l’avant avec l’ACEUM.
La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, est convaincue de pouvoir aller de l’avant avec l’ACEUM.

ACEUM: Freeland croit que le Canada pourra rapidement ratifier l'accord

OTTAWA — La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a prédit lundi que le nouvel accord de libre-échange nord-américain devancera l’échéance fixée au mois de juin et sera ratifié par le Parlement, mais elle a reconnu que le Canada ne pouvait pas mettre en œuvre le nouvel accord à lui seul.

L’accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) exige la ratification des trois pays, et c’est pourquoi le gouvernement fédéral collabore si étroitement avec ses deux autres partenaires, a déclaré la ministre Freeland à sa sortie de la période des questions.

«Je suis convaincue que nous réussirons à aller de l’avant», a soutenu Mme Freeland, qui a lancé le processus lundi en déposant à la Chambre des communes une motion de voies et moyens visant à jeter les bases de l’adoption du nouveau pacte.

«Évidemment, l’entrée en vigueur de cet accord ne dépend pas uniquement du Canada.»

Congrès américain

Aux États-Unis, la question est de savoir si les élus du Congrès pourront s’entendre sur un seul sujet, alors que l’administration Trump et les démocrates sont à couteaux tirés.

Le président Donald Trump et la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, la démocrate qui contrôle l’ordre du jour à la Chambre des représentants, sont en conflit ouvert. Mme Pelosi a mis en doute l’aptitude de M. Trump à occuper le poste de président, alors que lui l’a qualifiée de «folle», incapable de comprendre les complexités de l’accord.

Le vice-président américain, Mike Pence, sera de passage à Ottawa, jeudi. Il devrait discuter avec le premier ministre Justin Trudeau et Mme Freeland sur la voie législative à suivre dans chacun des deux pays.

«Ce sera intéressant pour nous d’entendre le vice-président Pence sur le processus de ratification aux États-Unis», a indiqué Mme Freeland, ajoutant que le Canada progresserait autant que possible avec les États-Unis afin de faire approuver l’accord.

Elle a souligné que la levée des tarifs américains sur l’acier et l’aluminium canadiens avait préparé le terrain pour la ratification de l’accord.

Il y a moins de deux semaines, Mme Freeland a accueilli ses homologues mexicains à Toronto, où ils ont discuté de la manière dont le Canada et le Mexique peuvent collaborer sur «les réformes très ambitieuses en matière de travail que le Mexique a adoptées, qui constituent une partie importante du nouvel accord de libre-échange nord-américain».

Le Canada et les États-Unis ont poussé le Mexique à améliorer les droits des travailleurs lors de la renégociation tumultueuse de l’ALENA, qui a abouti à un accord fin septembre.

Le mois dernier, la chambre basse du Congrès mexicain a approuvé une réforme de la législation du travail pour permettre aux travailleurs de voter librement pour leur représentation syndicale et leurs contrats.