Les patrons de 27 grandes entreprises proposent notamment d’offrir des emplois ou des postes d’apprentissage à 25 000 étudiants de l’université publique CUNY, d’utiliser leurs ressources et réseaux, et de partager leurs meilleures pratiques.
Les patrons de 27 grandes entreprises proposent notamment d’offrir des emplois ou des postes d’apprentissage à 25 000 étudiants de l’université publique CUNY, d’utiliser leurs ressources et réseaux, et de partager leurs meilleures pratiques.

À New York, des grands patrons s'engagent à embaucher 100 000 personnes défavorisées

Agence France-Presse
NEW YORK — Les patrons de 27 grandes entreprises présentes à New York, dont JPMorgan Chase, IBM ou Amazon, se sont engagés mardi à embaucher 100 000 personnes à faibles revenus et/ou issues des minorités noires, latinos et asiatiques, d’ici 2030.

Rassemblés au sein du «Conseil des PDG pour les emplois à New York», ils disent vouloir collaborer avec les institutions scolaires, les organisations et associations communautaires, pour aider la carrière de New-Yorkais défavorisés.

Ils proposent notamment d’offrir des emplois ou des postes d’apprentissage à 25 000 étudiants de l’université publique CUNY, d’utiliser leurs ressources et réseaux, et de partager leurs meilleures pratiques. «Notre mission est de faire en sorte que les habitants des communautés les plus vulnérables de New York puissent accéder aux compétences dont ils ont besoin pour poursuivre des carrières prometteuses et bénéficier de la reprise économique de la ville», a affirmé Gail Mellow, qui dirige ce nouveau groupe, dans un communiqué.

La métropole de New York, font remarquer ces patrons, est la plus riche des États-Unis.

La crise de la COVID-19 a accentué les inégalités, les personnes défavorisées étant plus souvent touchées par la maladie et/ou par la perte de leur emploi.

Mais «même avant la pandémie, qui a eu un impact disproportionné sur les communautés noires, latinos et asiatiques à faibles revenus, le chômage dans le Bronx était 85 % plus élevé qu’à Manhattan», soulignent-ils.

«Dans le même temps, des emplois en forte demande n’ont pas été pourvus, avec moins de 400 000 chômeurs à New York en 2018-2019, mais bien plus d’offres», ajoutent-ils.

Sont représentés au sein du nouveau Conseil des grands établissements financiers, des cabinets de conseil, des groupes technologiques, des hôpitaux, des médias ainsi que des opérateurs de télécoms.