Le ministre Laurent Lessard (au centre) rit à gorge déployée avec son collègue fédéral des ressources naturelles, Jim Carr, lors de l'annonce de 76,5 millions $ en provenance de Québec et d'Ottawa pour le projet d'usine de biocarburant de Bioénergie AE Côte-Nord Canada. Le président de la nouvelle entreprise, Serge Mercier, la mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, le président d'Ensyn Canada, Robert Graham, et le président du Groupe Rémabec, Réjean Paré, les accompagnent.

76,5 M$ de Québec et Ottawa pour l'usine de biocarburant de Port-Cartier

Ottawa et Québec ont démontré hier qu'ils croient fermement au projet d'usine de production de biocarburant à Port-Cartier. Les deux paliers de gouvernement verseront un total de 76,5 millions $ à la société Bio-énergie AE Côte-Nord Canada, qui doit produire dès l'an prochain ses premiers litres de biohuile.
Voilà un petit baume sur les plaies de Port-Cartier, qui a vu le projet de 400 millions $ d'usine de ferrosilicium de la société espagnole FerroAtlanticà s'envoler en fumée en décembre, avec les 350 emplois qui l'accompagnaient. Le projet de Bioénergie AE Côte-Nord Canada, qui totalise 103 millions $, devrait créer 30 emplois. Le ministre canadien des Ressources naturelles, Jim Carr, et son collègue des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Laurent Lessard, étaient à Port-Cartier pour faire cette annonce.
L'usine de biocarburant de Port-Cartier sera la première du genre au Québec à produire à l'échelle commerciale. L'objectif est de produire annuellement 40 millions de litres de biohuile. On estime que celle-ci pourrait permettre une réduction d'émissions de 70 000 tonnes en équivalent CO2, car elle rejette de 70 à 90 % moins de gaz à effet de serre que les énergies fossiles.
«Avec ce produit-là, on accède au marché de l'énergie, qui n'a pratiquement pas de limites. Et on arrive avec un produit renouvelable et vert», a lancé le président de Bioénergie AE Côte-Nord Canada, Serge Mercier. «Ça va aussi venir supporter nos activités forestières et ça va apporter une certaine transformation de notre industrie.»
Bioénergie AE Côte-Nord est formée par Ensyn Bioénergie Canada, qui fournit la technologie, le Groupe Rémabec et sa filiale Produits forestiers Arbec qui a déjà une usine de sciage à Port-Cartier. L'usine de biocarburant sera d'ailleurs érigée à proximité des installations d'Arbec. Le consortium entend investir 27,4 millions $ dans l'aventure.
«Les applications actuelles de la biohuile sont pour remplacer le mazout lourd et l'huile à chauffage. D'ici quelque temps, on pourra l'ajouter à l'essence, un peu comme l'éthanol. C'est pour ça qu'on vise éventuellement le marché des raffineries de pétrole», a soutenu M. Mercier, qui ajoute au passage que l'entreprise cible le Nord-Est américain pour son produit.
Le gouvernement du Canada injecte 44,5 millions $ dans le projet. Une somme de 27 millions $ est versée par Technologies et développement durable Canada et les 17,5 millions $ restants sont à la charge du programme de transformation de l'industrie forestière de Ressources naturelles Canada.
De son côté, Québec injecte 32  millions $, dont 10 millions $ proviennent d'Investissement Québec. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a également mis de côté un volume de 170 000 tonnes métriques de biomasse forestière résiduelle, composée principalement d'arbres qui n'ont pas de valeur commerciale pour le sciage ou le papier.