La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault (droite), a profité de la Rencontre des ambassadeurs d’Haïti et d’Afrique francophone pour annoncer l’aide financière au Fonds d’investissement solidaire international de Québec (FISIQ).

3 millions $ pour l’économie solidaire

Afin d’entre autres encourager le développement économique durable ainsi que la création d’emplois pour les femmes et les jeunes dans les pays en développement, le gouvernement du Québec octroie 3 M$ au nouveau Fonds d’investissement solidaire international de Québec (FISIQ).

Voilà quatre ans que l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) travaille sur ce projet innovateur. Le nouvel outil financier socialement responsable permettra d’accroître la portée de l’action internationale du Québec.

«Pourquoi ce FISIQ? Parce que depuis 50 ans que des organismes québécois qui ont des partenariats avec des organismes de partout dans le monde ont identifiés ce besoin d’avoir accès à du financement, pour développer les entreprises et développer leur collectivité», explique Michèle Asselin, directrice générale de l’AQOCI. 

«C’est dur pour ces organismes d’obtenir du financement des institutions bancaires de leur pays, trop souvent elles n’ont pas de patrimoine et les institutions considèrent que c’est trop risqué. On va poursuivre notre travail d’accompagnement technique, mais par le FISIQ on va leur permettre d’avoir accès à de l’argent pour se développer», ajoute-t-elle.

Collaboration économique 

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a profité de la Rencontre des ambassadeurs d’Haïti et d’Afrique francophone, qui se déroule à l’École nationale d’administration publique les 27 et 28 mai, pour faire l’annonce du montant octroyé.

«Ça va supporter des organisations locales des pays de la francophonie, on va les aider avec des fonds d’ici. D’une part, on les aide à développer leur propre économie, et d’autre part c’est un premier pas vers une collaboration économique avec ces pays-là», souligne-t-elle. 

L’annonce s’est faite en la présence du président du conseil d’administration du FISIQ, André D. Beaudoin.

Les activités du FISIQ pourront commencer dès septembre prochain. Comme exemple concret, M. Beaudoin a mentionné la production d’arachides au Sénégal. La vente par exportation est envisagée pour l’industrie, mais elle doit se munir d’équipements plus spécialisés afin d’offrir un produit de plus grande qualité, un produit mieux traité. Le FISIQ pourra appuyer les organisations de producteurs qui voudront aller dans cette direction.