La capacité de l’entreprise présidée par l’homme d’affaires Rémy Vézina est passée de 300 impressions sur chandails à l’heure à 2000 grâce à la haute technologie.

2nd Skin prête à conquérir l’Ontario et les Maritimes [VIDÉO]

Avec un chiffre d’affaires annuel de 3 millions $ qui croît de 30 % par année, l’entreprise spécialisée dans l’impression de vêtements corporatifs 2nd Skin de Limoilou a investi 600 000 $ dans la haute technologie et se prépare à attaquer les marchés de l’Ontario et des provinces maritimes.

L’entreprise présidée par l’homme d’affaires Rémy Vézina en a fait du chemin depuis le début des années 2000, alors qu’elle s’est lancée en misant principalement sur la confection de t-shirts pour groupes musicaux. «Autrefois, je travaillais à l’Agora de Québec et j’avais constaté à quel point la marge de profit des artistes pouvait être mince lors de tournées, alors j’ai pensé les inciter à miser sur la vente de produits dérivés pour lesquels la marge de profit est plus élevée», raconte M. Vézina. 

«En faisant des concours avec les groupes musicaux, je leur ai mis dans la tête de financer leurs albums avec la vente de t-shirts», se souvient-il. Aujourd’hui, ce segment ne constitue plus la majorité de la production de 2nd Skin, mais des artistes internationaux, notamment le groupe punk californien Ten Foot Pole et le chanteur britannique Chris de Burgh, continuent de faire appel aux services de 2nd Skin pour fabriquer leurs t-shirts.

Quantité et qualité

Aujourd’hui, ce sont plutôt les vêtements corporatifs qui représentent 80 % de la production de 2nd Skin avec une spécialisation dans la sérigraphie et la broderie. Les nouvelles machines achetées par l’entreprise lui ont permis d’augmenter de beaucoup sa capacité de production de même que la qualité de ses impressions.

«Nous avons ajouté huit machines ainsi qu’un logiciel d’optimisation de la production. Les appareils d’impression directe sur les soies de sérigraphie nous permettent de faire en 15 ou 20 secondes ce qui nous prenait autrefois huit minutes en plus de gagner en résolution et en qualité. Notre capacité de production était de 300 impressions sur chandails à l’heure avec les presses manuelles. Elle est maintenant d’environ 2000 impressions sur chandails à l’heure, ce qui représente un gain de productivité incroyable», explique Rémy Vézina.

Gain de productivité

L’ajout d’appareils de haute technologie a aussi permis à 2nd Skin de réduire son effectif de 29 à 24 employés tout en obtenant un gain de productivité de 30 % à 35 %. «Notre marché principal demeure le Québec, mais on commence à sortir en Ontario, notamment à Toronto, où nos prix sont compétitifs malgré l’ajout de frais de transport. On veut aussi aller au Nouveau-Brunswick et dans les Maritimes avec les services qu’on offre aux entreprises et aux organisations», poursuit le président.

2nd Skin a aussi inauguré récemment, après y avoir investi 100 000 $, un site Web transactionnel qui favorisera son incursion dans ces nouveaux marchés et investira encore 85 000 $ d’ici l’été une nouvelle machine provenant des Pays-Bas qu’elle sera la seule à posséder au Canada. Elle permettra de laver les soies de sérigraphie afin de les réutiliser. «En plus d’économiser du temps, on pourra davantage récupérer nos soies et la qualité sera encore une fois améliorée», conclut l’homme d’affaires.