Le président et chef de la direction d’iA Groupe financier, Yvon Charest

10,7 M$ pour la haute direction d'iA Groupe financier

Les cinq plus hauts dirigeants chez iA Groupe financier se sont partagés en salaire et en bonis une cagnotte de 10,7 millions $ l’an dernier. Il s’agit d’une diminution de 2,8 % par rapport à 2016.

L’assureur de Québec a dévoilé ces nouvelles données mercredi après-midi dans le cadre de la publication de son rapport financier 2017.

Le grand patron de la société, Yvon Charest, a touché une rémunération globale de 2,44 millions $. Ce montant tient compte de son salaire de base (851 266 $), d’attributions fondées sur des actions (255 406 $) et des options (616 500$) ainsi que de son régime d’intéressement annuel (720 150 $).

Pour le président et chef de la direction d’iA Groupe financier, ce salaire représente une diminution de près de 24 %. En 2016, celui qui est très actif auprès d’organismes humanitaires comme Centraide ou Leucan avait empoché 3,21 millions $ et 2,75 millions $ en 2015.

Cette baisse s’explique par le fait que «la rente payable à M. Charest a atteint la limite fixée à 70 % de la moyenne des salaires et des bonis», peut-on lire dans la circulaire envoyée aux actionnaires en vue de l’assemblée annuelle qui aura lieu le jeudi 10 mai.

Et les autres...

Parmi les autres hauts dirigeants d’iA Groupe financier les mieux rémunérés après M. Charest, on retrouve le chef de l’exploitation, Denis Ricard, et le vice-président exécutif et chef des placements chez iA Groupe financier, Michel Tremblay.

M. Ricard, qui a été nommé pour ce poste en novembre dernier, a reçu 2,33 millions $, dont 474 349 $ comme salaire de base et 401 849 $ en bonis de performance. Son  revenu représente une augmentation de 7,8 % par rapport à 2016.

En 2015, alors qu’il occupait le poste de vice-président principal, développement des affaires, et ensuite celui de vice-président exécutif, assurance et rentes individuelles, il avait touché un salaire de 1,34 million $. En raison de ses nouvelles fonctions, sa rémunération a grimpé de près d’un million de dollars en l’espace de deux ans.

Quant à M. Tremblay, il a empoché 2,17 millions $, soit 118 459 $ de plus que l’année précédente. Il a reçu 563 680 $ en bonis de performance.

En 2016, rappelons qu’iA Groupe financier avait été classé comme un «élève modèle» par le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires en raison de son ratio de rémunération entre le salaire du plus dirigeant de l’entreprise et le salaire moyen accordé aux employés.

Pour 2017, l’Industrielle Alliance (TSX: IAG) a déclaré un résultat net attribué aux actionnaires ordinaires de 515,5 millions $, comparativement à 537,2 millions $ en 2016. Un résultat par action ordinaire (BPA) dilué de 4,81 $ et un rendement des capitaux propres aux actionnaires ordinaires de 11,4 %. Jeudi, l’action a clôturé à 53 $, en hausse de 0,59 $ à la Bourse de Toronto.