Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

Une pinte de bon sens

CHRONIQUE / «L’anecdote se passe il y a quelques années. Je commande une bière et on me demande si je veux un verre ou une pinte. Apparaît immédiatement dans ma tête l’image de nos anciennes pintes de lait qui étaient de 40 onces. Je trouve que c’est énorme. La serveuse ignore ce que cela représente en millilitres, mais elle me dit que ce n’est pas autant que je l’imagine. Je reçois un verre qui contient la demie de 40 onces, qu’on appelle chopine en français. Si je demande une pinte, pourquoi me sert-on une chopine (Ronald Lampron, Lévis)?»

Quand j’étais petit, mes parents achetaient toujours le lait en sacs de plastique. Étant donné qu’ils désignaient chaque sac comme une pinte, je croyais qu’ils parlaient de l’emballage. Évidemment, j’ai fini par découvrir que, dans d’autres familles, on appelait aussi «pintes» les emballages de carton.

Puis j’ai su que la pinte était une ancienne mesure des liquides (je suis d’une des premières générations à n’avoir jamais appris le système impérial à l’école). Mais malgré cela, le mot «pinte» est tellement ancré en moi qu’il m’arrive encore régulièrement de dire que je vais changer la pinte de lait ou que je vais en acheter une au dépanneur. Et je constate que je suis loin d’être le seul, même s’il y a belle lurette que nous sommes passés aux litres. 

Mais le lait est un aliment tellement fondamental chez nous et nous en acquérons le vocabulaire à un si jeune âge qu’il est un peu normal que cette dénomination désuète soit si difficile à faire disparaître.

Bref, il n’y a pas que votre serveuse qui désigne comme pinte une quantité qui, de prime abord, ne semble pas en être une. Il faut dire, à sa décharge, que nous sommes au Canada, un pays culturellement coincé entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Or, bien que ces deux pays recourent au système impérial (je devrais dire «recourait» dans le deuxième cas, car le Royaume-Uni a adopté le système métrique en 1965), la même mesure ne désigne pas forcément la même quantité.

Prenons justement cette fameuse chopine dont vous parlez. Aux États-Unis, c’est 473 millilitres (16 onces), format standard de vente de la crème chez nous. Mais en Angleterre, une chopine, c’est 568 millilitres (20 onces).

Admettez qu’il y a de quoi s’y perdre.

Or, il se trouve qu’en anglais, le mot «chopine» se traduit par… «pint»!

En fait, votre serveuse n’était pas vraiment dans l’erreur. Ce qu’elle vous a apporté, c’est une pinte impériale, autre désignation de la chopine, acceptée par le Grand Dictionnaire terminologique, mais uniquement pour la bière pression.

À vrai dire, il n’y a guère qu’ici que l’on utilise encore le mot «chopine». Dans le reste de la francophonie, on parle d’une pinte, en référence au système impérial, explique le GDT.

Mais vous avez raison: cette quantité n’a rien à voir avec la pinte canadienne, qui est l’équivalent de deux chopines, soit 1136 millilitres (40 onces). Mais comme cette mesure n’est plus en usage chez nous, j’imagine que le GDT a accepté le mot «pinte» pour la bière en jugeant (peut-être un peu trop vite) qu’il n’y avait plus de risque de confusion.

Quid de la pinte américaine? C’est 946 millilitres (32 onces) et ça se dit «quart» en anglais. Et nous n’avons même pas parlé des demiards (une demi-chopine, soit 237 millilitres aux États-Unis... ou 284 au Royaume-Uni).

Épuisant, tout ça, n’est-ce pas? Vous aurez probablement besoin d’une bonne pinte pour vous remettre de cette chronique. Mais votre question nous rappelle tout l’inconfort de vivre simultanément avec deux systèmes de mesure, en partie parce que notre gros voisin s’obstine à ne pas faire la conversion. Vivement le système métrique partout pour que l’on puisse tourner la page sur tout ça! C’est une simple question de bon sens.


PERLES DE LA SEMAINE

Les perles du jeu-questionnaire «Le maillon faible». Ou la revanche des collégiens.

«Par quel moyen de transport appelé MayFlower les Anglais sont-ils arrivés aux États-Unis?»

Le métro.

«Quel était le nom des bateaux qu’utilisaient les Vikings?»

Les bateaux-mouches.

«Le tunnel du Mont-Blanc relie la France à...»

L’Angleterre.

«En quoi se rassemblent les sardines?»

En boîte.

«Quel nom donne-t-on à une personne de petite taille?»

Un schtroumpf.

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.