Un dinosaure géant s’installe dans un rang de L’Ascension-de-Notre-Seigneur

Le dinosaure géant attire bon nombre de curieux, depuis dimanche.

Le village de L’Ascension-de-Notre-Seigneur, au Lac-Saint-Jean, est devenu le point de mire d’amateurs d’art et de curieux depuis qu’un gigantesque dinosaure a fait son apparition sur le terrain d’un boucher. L’œuvre trône depuis dimanche à la résidence privée de Jacques Maltais, le propriétaire de la boucherie Jacko. Depuis son installation, elle attire l’attention et suscite l’engouement.


Réalisé par l’artiste Dominic Simard, le reptile en acier inoxydable pèse quelque 10 000 livres et mesure sept mètres de long sur dix mètres de haut, soit l’équivalent d’un immeuble de trois étages. Une nacelle a été nécessaire pour l’ériger et assembler l’imposante créature, qui a été conçue par section, sur le terrain situé aux coins du Rang 5 et de la route de l’Église.

La sculpture massive est faite en acier inoxydable.

L’histoire derrière la création de ce dinosaure est aussi unique que l’œuvre elle-même. L’idée a commencé à germer dans l’esprit de son propriétaire il y a un an et demi. Grand amateur des films emblématiques Jurassic Park, Jacques Maltais était fasciné par ces créatures préhistoriques. Le rêve de voir un tel projet sur son propre terrain est devenu une source d’inspiration. Lorsqu’il a rencontré Dominic Simard et qu’il a évoqué cette idée, il a immédiatement compris que c’était l’occasion de transformer son rêve en réalité.



« J’ai toujours aimé les sortes de bêtes dans ces films-là. À force de les écouter, je me suis dit que j’allais en avoir un pour le plaisir. Je savais que Dominic était en mesure de faire ça. Je lui ai demandé s’il était capable et il m’a répondu qu’il n’en avait jamais fait, mais qu’il embarquait dans mon projet », raconte fièrement M. Maltais, qui dit avoir obtenu l’accord de la municipalité avant d’ériger la structure.

Propriétaire de la boucherie Jacko, Jacques Maltais a toujours aimé les dinosaures.

Lors de son installation, dimanche, la sculpture massive a attiré bon nombre de curieux, qui se sont déplacés pour l’admirer et prendre des photos. L’intérêt était toujours manifeste lors du passage du Quotidien, mardi après-midi. « Quand il le construisait, c’était complètement fou. Le chemin était pratiquement bloqué. Plein de gens s’arrêtaient pour poser des questions et prendre des images. Les gens étaient heureux de voir ça. C’est quelque chose de nouveau dans notre petit coin de pays. »

Depuis mardi, le dinosaure de M. Maltais a un nouveau voisin, soit un ours polaire qui appartenait à l’entreprise Les Électriciens du Nord. « Ils m’ont demandé de l’installer sur ma propriété et j’ai accepté. Ça fait encore plus de vie », conclut Jacques Maltais.