La témérité en cause dans la mort d’un planchiste

Au moment de l’impact, l’homme domicilié en Colombie-Britannique, a subi une fracture de la base du crâne, une blessure fatale.

La témérité, possiblement combinée à l’inexpérience, a joué un rôle dans l’accident qui a coûté la vie à un planchiste sur une piste de Bromont, montagne d’expériences en février dernier.


C’est la conclusion à laquelle en vient la coroner Sophie Régnière qui a mené l’investigation.

La tragédie s’est déroulée le soir du 11 février dernier sur le versant des Cantons. En compagnie d’un ami rencontré sur un «chat» de skieurs, l’homme âgé de 26 ans a dévalé quelques pistes. Son compagnon planchiste estime que son niveau d’expérience se situait entre débutant et intermédiaire. La victime aurait dit avoir fait de la planche à neige à une dizaine d’occasions.



L’inexpérience pourrait être en cause, mais comme la victime utilisait l’abonnement saisonnier d’une autre personne, il est difficile de l’évaluer avec certitude, indique la coroner dans son rapport d’investigation rendu public vendredi.

En dévalant la piste familiale Edmonton, de niveau intermédiaire, Xiaoyu Liang a heurté de plein fouet un canon à neige situé en bordure de piste, le laissant suspendu au canon, la tête touchant au sol. Personne n’a été témoin de la collision. Son compagnon l’attendait au bas de la piste, et s’inquiétait de ne pas le voir revenir.

Des skieurs se sont empressés de l’aider. Des manœuvres de réanimation ont été entreprises. Son décès a été constaté plus tard ce soir-là à l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins de Cowansville. Au moment de l’impact, l’homme domicilié en Colombie-Britannique, a subi une fracture de la base du crâne, une blessure fatale.

La victime portait son casque, ce qui ne fut toutefois pas suffisant pour lui sauver la vie en raison de la force de l’impact.



Au cours de son analyse, la coroner a mis en relief le comportement téméraire de la victime. Son compagnon de planche a affirmé que le planchiste semblait être un amateur de vitesse. Il venait d’ailleurs d’acheter une montre équipée d’un dispositif lui permettant d’évaluer sa vitesse de descente. Il aurait expressément choisi la piste Edmonton pour la tester, écrit Me Régnière, «d’autant plus que la veille, il l’avait oubliée et il était déçu de ne pas avoir pu faire des essais à ce moment», écrit-elle.

Les traces laissées par la planche de Xiaoyu Liang contournaient le poteau du télésiège au milieu de la piste pour se diriger, sans aucune trace de freinage, directement sur le canon à neige. Ces traces indiquent une perte de contrôle, précise la coroner, qui conclut à un décès accidentel.