Un nouveau pôle médical adapté à Wendake

Pour la plupart pas encore offerts sur le territoire de la Nation, les soins seront « culturellement adaptés aux besoins des Premières Nations ».

Wendake sera doté d’ici 2025 d’un pôle médical agrandi au coût de 9 millions $ offrant des services de santé qui, pour la plupart, ne sont pas déjà disponibles sur le territoire de la nation.


Médecine familiale générale, physiothérapie, soins dentaires, oculaires, radiologie, imagerie médicale, massothérapie, le complexe rendra disponible un « éventail » de services de santé à la population huronne-wendat et allochtone.

En plus de combler localement plusieurs besoins, les soins seront « culturellement adaptés aux besoins des Premières Nations », souligne le Grand Chef, Rémy Vincent.

Sachant que les «besoins sont très présents pour l’ensemble de la population», insiste-t-il, les citoyens de Wendake et des environs auront aussi accès à ce bâtiment «innovant», pour un bassin total d’environ 80 000 utilisateurs potentiels.

Pour «combler le vide», l’objectif est d’embaucher six médecins, afin que calcule tous les membres de la Nation aient accès aux services.

La partie construite lors de cette deuxième phase sera mise en service au printemps 2025.

Situé à l’angle des rues de la Faune et Chef Max Gros-Louis, le pôle multiusage à vocation de santé constituera en un agrandissement du projet Yarihwa’, évalué à un peu plus de 9 millions $.

La Ville de Québec et le gouvernement du Québec y participeront chacun à la hauteur de 1 million $, tout comme la Nation huronne-wendat.

La contribution du fédéral se fait par ailleurs attendre, alors que 2 millions $ sont attendus d’Ottawa. «On va de l’avant dans le projet», assure malgré tout le Grand Chef.

La partie construite lors de cette deuxième phase sera mise en service au printemps 2025. Le début de la construction est prévu en 2023.