Web au Québec: les écarts entre les générations diminuent selon le CEFRIO

L’écart entre les générations de Québécois diminue constamment en ce qui a trait à l’utilisation du web selon la plus récente enquête du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO).

L’usage que les Québécois font de leur temps de connexion et leur habileté à se servir du web a continué de varier selon les générations, mais le CEFRIO a observé en 2018 que ce qui est appelé la «fracture numérique» se situait autour de l’âge de 55 ans, soit 10 ans de plus qu’il y a quelques années.

L’enquête NETendances 2018 du CEFRIO rendue publique jeudi affirme que ce sont les jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans qui étaient les plus actifs l’an dernier sur le web; 96 pour cent des 18 à 24 ans l’utilisaient au moins une fois par jour et 95 pour cent chez les 25 à 34 ans.

Ce taux était de 61 pour cent chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Ce sont aussi les 18 à 24 ans qui affichaient le taux de détention le plus élevé de téléphone intelligent, de 97 pour cent. Cependant, les adultes de tous les autres groupes dépassaient les 18 à 24 ans quand il s’agissait de détenir une tablette électronique, en particulier les 35 à 54 ans, à 63 pour cent.

Dans tous les groupes, le taux de détention d’une montre électronique ne dépassait pas les 10 pour cent l’an dernier.

Le CEFRIO précise que 77 pour cent des adultes âgés de 18 à 24 ans étaient abonnés à au moins un service payant pour visionner des films ou des séries sur Internet en 2018. C’était le cas pour 65 pour cent dans la tranche 25 à 34 ans, 50 pour cent chez les 35 à 54 ans, 44 pour cent dans la clientèle des 55 à 64 ans et 31 pour cent chez les gens âgés de 65 ans et plus.

L’utilisation à des fins personnelles des réseaux sociaux se situait dans la fourchette de 78 à 98 pour cent pour les quatre groupes âgés de moins de 65 ans en 2018; chez les aînés, ce taux ne se situait qu’à 49 pour cent. Presque à égalité, YouTube était le plus populaire chez les 18 à 34 ans, tandis que Facebook était le réseau le plus utilisé chez les 35 ans et plus. La génération des 18 à 24 ans dépassait largement toutes les autres dans l’utilisation d’Instagram (62 pour cent) et de SnapChat (69 pour cent).

Pour ce qui est des modes de paiement, la solution Flash, qui consiste à balayer la carte de débit ou de crédit devant le lecteur, a été celle que 55 pour cent des Québécois préféraient. Seulement 10 pour cent ont recouru au paiement mobile avec téléphone intelligent, les plus prompts à le faire ayant été les jeunes âgés de 18 à 24 ans, dans une proportion de 21 pour cent.

Les adultes ont acheté en ligne sur une base annuelle dans une proportion de 81 à 73 pour cent chez les gens de 18 à 24 ans, de 25 à 34 ans et de 35 à 54 ans. Les 55 à 64 ans et 65 ans et plus sont distancées à 47 et 30 pour cent, respectivement. Les vêtements, les chaussures, les bijoux et les accessoires ont dominé la liste des produits achetés en ligne par tous les groupes d’âge.

Enfin, le CEFRIO a observé que l’enthousiasme des Québécois à propos de l’avenir des technologies et objets intelligents était à géométrie variable en 2018. Dans l’ensemble, 55 pour cent d’entre eux les voyaient d’un bon oeil pour leur vie quotidienne, mais chez les 55 à 64 ans et chez les 65 ans et plus, ces proportions ont été de 43 et 40 pour cent respectivement.

Les plus enthousiastes face à l’avenir des technologies et des objets intelligents ont été les jeunes de 18 à 24 ans, dans une proportion de 83 pour cent.