Deux wagons rouillés sont immobilisés depuis des semaines sur le viaduc surplombant le boulevard de la Canardière, dans Limoilou.

Wagons immobilisés sur un viaduc pendant des semaines à Limoilou

De vieux wagons rouillés sont stationnés depuis des semaines sur le viaduc ferroviaire surplombant le boulevard de la Canardière, dans Limoilou. Le CN assure qu'il respecte les règles d'immobilisation des trains.
Ce sont des passants qui ont alerté Le Soleil, surpris de constater que les wagons n'ont pas bougé une bonne partie de l'été.
Le CN, propriétaire des voies qui mènent à une gare de triage et ultimement au port de Québec, indique que les wagons avec une ouverture en V, utilisés notamment pour le transport de grains, sont vides. «Ils sont entreposés sur une voie d'évitement, de manière temporaire, dans le respect de toutes les règles applicables, notamment les règles d'immobilisation de wagons», assure Pierre-Yves Boivin, porte-parole du transporteur.
Celui-ci n'a jamais voulu dire depuis combien de temps exactement les wagons sont là. «Cela varie en fonction des besoins des expéditeurs», a-t-il répété. Des passants confirment que cela fait plusieurs semaines.
Ni danger ni plainte
C'est la queue du convoi de quelques dizaines de wagons qui dépasse sur le viaduc jouxtant le Cégep Limoilou. M. Boivin ne voit pas de problème à immobiliser un train sur une structure aérienne pendant une longue période de temps. «Les infrastructures ferroviaires sont construites pour supporter le poids du matériel ferroviaire qui utilise notre réseau, notamment les voies d'évitement», dit-il, parlant d'une «procédure standard».
Transports Canada n'a reçu aucune plainte relativement à ces wagons. Le porte-parole Daniel Savoie a renvoyé Le Soleil à l'article 112 du Règlement d'exploitation ferroviaire du Canada pour connaître les règles d'immobilisation des trains, resserrées après le drame de Lac-Mégantic. 
Il y a notamment «une norme minimale quant au nombre de freins à main qui doivent être appliqués et aux mesures d'immobilisation physiques supplémentaires qui doivent être utilisées lorsque du matériel est laissé sans surveillance». Mais pas d'interdiction de stationner sur un viaduc. 
Le Comité de vigilance ferroviaire de Limoilou n'a pas été mis au courant de la présence d'un train immobilisé à long terme au coeur du quartier.