Contre la COVID-19, il va falloir mettre au point un vaccin qui cible précisément le coronavirus SARS-CoV-2.
Contre la COVID-19, il va falloir mettre au point un vaccin qui cible précisément le coronavirus SARS-CoV-2.

Les vaccins contre la pneumonie peuvent-ils limiter les dégâts?

Q : « Est-ce que les vaccins contre la pneumonie qu’on donne aux aînés ou à d’autres personnes peuvent empêcher l’infection à la COVID-19 d’évoluer vers une pneumonie et limiter les dégâts?» demande Lorraine Dietrich, de Shawinigan.

Malheureusement non. Les vaccins dont vous parlez préviennent seulement les pneumonies résultant d’infections par des bactéries appelées pneumocoques. Contre la COVID-19, il va falloir mettre au point un vaccin qui cible précisément le coronavirus SARS-CoV-2.

Lors de certaines infections par des virus, il arrive que des bactéries en profitent pour donner une surinfection. Est-ce que l’infection par le coronavirus pourrait s’accompagner d’une surinfection par un pneumocoque contre lequel ces vaccins protégeraient? Les études menées à date, notamment celle-ci publiée le 11 mars dans la revue The Lancet, montrent plutôt que les pneumonies de la COVID-19 sont principalement causées par le virus lui-même, et pas par des surinfections bactériennes. 

L’idée que les vaccins contre le pneumocoque ou la grippe protègent de la COVID-19 figure dans la liste des mythes que l’Organisation mondiale de la santé tente de combattre. 

Un vaccin, qu’il soit contre la grippe, le zona, la rougeole, les pneumonies à pneumocoques ou n’importe quelle autre maladie infectieuse, ne peut que prévenir une infection par le ou les micro-organismes contre lesquels il a été conçu.

Le vaccin déclenche ce qu’on appelle la réponse immunitaire adaptative. Il contient une toute petite quantité du micro-organisme visé, rendu inactif ou atténué, ou bien même seulement des fragments de celui-ci. Quand cette menace est repérée par le système immunitaire, certains globules blancs se mettent à fabriquer des anticorps qui sont ciblés spécifiquement contre la menace, et d’autres globules blancs emmagasinent la réponse en mémoire de manière à pouvoir la déployer si le micro-organisme pointe à nouveau son nez. Mais si c’est un autre microbe qui passe à l’attaque, ça ne marche pas! 

Les pneumonies sont des infections respiratoires sévères qui provoquent une inflammation dans les poumons, plus particulièrement dans les alvéoles. Les alvéoles ressemblent à de petites grappes de raisin situées au bout de chaque bronche et permettent à l’oxygène de l’air qu’on respire de passer dans notre sang. Lors d’une pneumonie, les alvéoles se remplissent de liquide inflammatoire qui empêche l’air d’y rentrer. Les pneumonies sont le plus souvent dues à des pneumocoques, mais elles peuvent aussi être causées par d’autres bactéries, et par des virus comme celui de l’influenza ou de la COVID-19.

Les vaccins contre les pneumonies ciblent tous des pneumocoques. Au Québec, le Synflorix, qui protège contre 10 types de pneumocoques sur la quarantaine susceptibles de donner des pneumonies, est principalement administré aux enfants en trois doses à l’âge de 2, 4 et 12 mois. Le Pneumovax, qui protège contre 23 types de pneumocoques, est surtout donné aux aînés et aux personnes dont l’état de santé les met plus à risque de contracter une infection ou de ne pouvoir la combattre efficacement.

La recherche d’un vaccin contre la COVID-19 a déjà démarré, et des premiers essais sont en cours, mais les spécialistes pensent qu’aucun vaccin ne pourra être disponible avant 12 à 18 mois. Entre temps, on cherche aussi des moyens de rendre le virus moins mortel avec différents médicaments comme des antiviraux, et on tente au maximum de gagner du temps en ralentissant la propagation du virus par la distanciation sociale et le lavage des mains. On va l’avoir! 

___

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec, qui vous invite à le suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.