Le chef de l’Opposition Jean-François Gosselin

Ville de Québec: le chef de l’Opposition veut couper des centaines de postes

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, réclame un «dégraissage». L’arrivée massive de fonctionnaires à l’âge de la retraite est, selon lui, «une occasion en or» pour réduire la taille de la Ville de Québec.

«Ce que je lui demande aujourd’hui, c’est de nous déposer un plan pour venir réduire les effectifs et profiter de ces départs à la retraite là pour venir dégraisser l’appareil administratif», a réclamé l’élu de Québec 21 en marge de la présentation du budget municipal à l’hôtel de ville. M. Gosselin pense notamment qu’il y a trop de gestionnaires : «J’ai déjà parlé du taux d’encadrement […] Il y aurait des efforts à faire de ce côté-là.»

«Il ne faut pas toucher aux services de proximité. […] C’est pour ça que ça prend un plan pour ne pas couper dans les services aux citoyens.»

Il ajoute que le maire Régis Labeaume a déjà promis d’éliminer 500 postes dans l’effectif municipal. Et qu’il a maintenant la chance de réaliser cette promesse.

Moins de fonctionnaires?

«Le travail a été fait», affirme cependant le directeur général de la Ville, Luc Monty. Le gestionnaire explique que ces 500 emplois ont déjà été éliminés… Même si le nombre d’employés est aujourd’hui à peu près équivalent à celui qui prévalait à l’époque où le maire a pris cet engagement. En 2008, il y avait 5261 «équivalents temps complet» à Québec, contre 5116 en 2020.

Comment est-ce possible de couper tandis que le total demeure? La Ville dit que si sa population n’avait pas grossi au cours des 10 dernières années et réclamé plus de services, il y aurait aujourd’hui moins d’employés municipaux. Donc, à taille égale, le nombre d’employés aurait diminué.

À LIRE AUSSI: Ville de Québec: le quart des employés réguliers admissibles à la retraite d’ici cinq ans

Mais la capitale accueille aujourd’hui plus d’habitants, bien entendu. Il faut donc leur offrir plus de services. En plus, ExpoCité a été intégrée à la Ville. Il y a donc maintenant plus de 7300 employés occupant 5116 «équivalents temps complet» à Québec.

La masse salariale a néanmoins été maintenue sous les 40 % du budget municipal, souligne le maire Régis Labeaume. Elle atteint 37 %. Cela, même si la population a crû de 25 % et que le coût des services à la population a augmenté de 54 % depuis 2007. L’administration offrirait donc plus de services à meilleur coût; la productivité des fonctionnaires aurait grimpé de 40 %.

«Honnêtement, je ne sais pas comment on pourrait faire mieux.»