Le projet de développement du terrain voisin de l’Hôtel-Dieu appelé l’îlot Charlevoix comptera 23 logements qui seront vendus à des personnes voulant s’y installer à demeure.

Vieux-Québec: cinq étages, pas de Airbnb pour l'Îlot Charlevoix

La Ville de Québec a finalement choisi un projet pour le développement de l’Îlot Charlevoix : l’immeuble de cinq étages comptera des halles alimentaires ainsi que des copropriétés où la location touristique sera interdite.

«On parle d’un investissement de plusieurs millions de dollars […], de dizaines de millions», indique Yannick Gagné, le directeur marketing et communications de l’entrepreneur Capwood. «On vise 2021.»

Au rez-de-chaussée, des commerçants locaux offriront des produits d’alimentation frais et des mets pour emporter. «Il n’y aura pas de bannière commerciale, vous ne verrez pas de grande bannière d’épicerie», explique M. Gagné. «On préfère faire affaire avec des artisans.»

Selon cette vision, Capwood espère ouvrir une boulangerie, une poissonnerie, une boucherie, un kiosque de fruits et légumes, une épicerie fine et un comptoir alimentaire.

Au-dessus, 23 logements seront vendus à des personnes voulant s’installer à demeure. Il y aura des copropriétés de «type Penthouse», d’autres qui auront entre une et trois chambres à coucher. «On ne vise pas des Airbnb», avertit Yannick Gagné, faisant référence au service Web de location touristique. «On veut des habitants. […] Dans tous nos bâtiments, on a des règlements là-dessus. On n’accepte pas les locations court terme.»

500 nouveaux résidents

«L’îlot Charlevoix reprendra vie», se réjouit le maire de Québec, Régis Labeaume. «La côte du palais […] sera davantage invitante et dynamique».

Aussi, la Ville évalue maintenant qu’elle réussira à ajouter quelque 500 Québécois dans le «Vieux» d’ici 2021. «On a 338 logements en projet, incluant l’Îlot Charlevoix, dans le secteur. Alors, si tout ça se réalise, on va atteindre notre objectif de 500 nouveaux résidents permanents.»

Le conseiller de Démocratie Québec et ancien président du comité des citoyens du Vieux-Québec, Jean Rousseau, juge favorablement le projet pour le développement du terrain voisin de l’Hôtel-Dieu. «De prime abord, je suis très satisfait de cette proposition-là.»

Il faudra cependant que la municipalité aide les commerçants, selon lui, pour que leurs entreprises soient viables, pour détourner le flot de marcheurs de la rue Saint-Jean vers les halles. «La côte du Palais, c’est un endroit mal-aimé. C’est un endroit qui ne fonctionne pas. Il y a déjà eu une petite épicerie […], ça a fermé.»

«N’oublions pas qu’il y a 2 800 employés à côté qui vont partir. Oui, il y en a qui vont rester, mais la masse d’employés de l’Hôtel-Dieu ne sera plus la même.»

Perte de valeur

L’Îlot Charlevoix se trouve à l’intersection de la rue Charlevoix et de la Côte-du-Palais au cœur du Vieux-Québec. La Ville a acheté le terrain en 2017 pour 1 million $. Étonnamment, sa valeur a baissé depuis la transaction. L’ancien rôle d’évaluation municipale fixait sa valeur marchande à 1 365 000 $. Le nouveau rôle affiche toutefois 995 000 $.

Début mars, la mairie avait lancé un appel public de propositions pour un «immeuble mixte offrant des logements abordables aux étages supérieurs et des commerces de proximité au rez-de-chaussée». Parmi les quatre projets reçus, le concept du promoteur Capwood Construction inc. et son partenaire URBAM/ABCP a été retenu.